Justice

Catastrophe ferroviaire au Cameroun : des familles de victimes ont déposé plainte contre Bolloré Railways

| Par
Mis à jour le 04 novembre 2016 à 15h29
Selon le bilan officiel, 79 personnes ont péri dans l'accident de train survenu à Eseka, au Cameroun, le 21 octobre 2016

Selon le bilan officiel, 79 personnes ont péri dans l'accident de train survenu à Eseka, au Cameroun, le 21 octobre 2016 © AP/SIPA

Un collectif de familles des victimes de la catastrophe ferroviaire d’Eseka a déposé plainte mercredi devant la justice camerounaise contre le groupe Bolloré, principal actionnaire de la société Camrail. Survenu le 21 octobre dernier, le déraillement d’un train à Esaka a fait au moins 79 morts.

La plainte, déposée le 2 novembre devant le tribunal de grande instance d’Eseka, vise, via Camrail et Bolloré Railways, « le groupe Bolloré dans son ensemble », selon Guy Olivier Moteng, l’avocat du collectif, contacté par Jeune Afrique. Celui-ci compte à l’heure actuelle 28 personnes mais pourrait encore s’étoffer, selon les prévisions de l’avocat.

L’objectif de cette plainte est de mettre en lumière la chaîne de responsabilités ayant abouti à la catastrophe ferroviaire du 21 octobre et d’obtenir une indemnisation complète des familles des victimes. Pour cela, la plainte vise le directeur général de Bolloré Railways, le directeur technique ainsi que plusieurs membres du personnel de Camrail, dont le conducteur.

Vers une plainte en France

« Nous pointons des défaillances, des négligences et omissions de porter secours », a en outre précisé Guy Olivier Moteng à l’AFP. « Nous travaillons avec des experts et sommes en mesure d’affirmer sans risque de nous tromper que le système de freinage était défaillant. »

Les actions en justice ne devraient pas s’arrêter là. Le collectif a entamé les démarches en vue d’un dépôt de plainte contre le même groupe Bolloré devant la justice française. Il envisage également de saisir la justice administrative au Cameroun, contre l’État camerounais, au motif que l’afflux de passagers chez Camrail, qui aurait engendré la catastrophe, a été provoqué par l’effondrement de la route nationale 3.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte