Politique

Afrique du Sud : Jacob Zuma se veut rassurant sur son état de santé

| Par Jeune Afrique
Le président sud-africain, Jacob Zuma.

Le président sud-africain, Jacob Zuma. © AFP

Dans une interview télévisée diffusée dimanche, le président sud-africain, Jacob Zuma, a affirmé que son état de santé s’était amélioré. Selon ses déclarations, son hospitalisation début juin était due à un simple « coup de fatigue » après une éprouvante campagne pour les élections générales.

Jacob Zuma va mieux. Dans une interview de fin d’année donnée à la télévision publique SABC, diffusée dimanche 21 décembre, il est revenu sur les raisons de son hospitalisation au mois de juin. "Nous nous sommes surmenés, et il y a eu un gros coup de fatigue ensuite", a-t-il déclaré, évoquant la campagne pour les élections générales, que le Congrès national africain (ANC) a largement remporté le 7 mai avec 62,15% des voix..

"Il y a eu une période où j’y suis vraiment allé doucement. Je ne pouvais pas dire que ma santé était en parfait état… Je vais parfaitement bien maintenant… Mais à ce moment-là, on pouvait sentir le poids des élections" du 7 mai, a ajouté le président de l’ANC.

>> Lire aussi : Jacob Zuma rattrapé par ses démons

Lors de cette hospitalisation de deux jours, Jacob Zuma, âgé de 72 ans, avait transmis temporairement ses pouvoir à son adjoint Cyril Ramaphosa, 62 ans, à qui il a confié depuis plusieurs missions difficiles, notamment la supervision de la compagnie d’électricité publique Eskom, qui peine à fournir le pays.

Pour faire taire des rumeurs évoquant son possible départ avant la fin de son mandat en 2019, le président a déclaré qu’il n’y a "pas d’intentions cachées" dans la délégation de certaines tâches au vice-président. "Le vice-président a de l’énergie, il a tout ce qu’il faut pour que vous puissiez (…) déléguer sans souci", a-t-il expliqué.

L’hebdomadaire Sunday Times avait affirmé en juin que le président sud-africain avait été hospitalisé en raison de problèmes cardiaques, de diabète et d’hypertension artérielle, mais son porte-parole Mac Maharaj avait démenti, assurant que ses médecins ne voyaient "aucune raison de s’inquiéter de son état de santé".

>> Lire aussi : 2 ex-dirigeants d’extrême droite condamnés pour avoir projeté d’assassiner Zuma

(Avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte