Politique

Algérie : le ministère de la Défense confirme l’élimination de l’assassin d’Hervé Gourdel

Capture d'écran d'une vidéo de la captivité d'Hervé Gourdel. © AFP/YouTube

Trois terroristes ont été abattus dans la soirée du lundi, dans la ville d'Issers, à 60 km à l’est d’Alger, a annoncé le ministère algérien de la Défense nationale. Parmi eux figure Gouri Abdelmalek, l'assassin du touriste français Hervé Gourdel.

Mis à jour le 23 décembre à 12h48.

Dans un second communiqué publié en fin de matinée, le ministère algérien de la Défense nationale a confirmé la mort de l’assassin présumé du touriste français, Hervé Gourdel. "Suite à l’opération, menée hier soir dans la ville d’Isser, Secteur Opérationnel de Boumerdès/1ère Région Militaire, ayant permis l’élimination de trois (03) terroristes, l’identité du dangereux criminel Gouri Abdelmalek, qui a revendiqué l’assassinat du ressortissant français Hervé Gourdel, a été confirmée", indique le communiqué.

"Cette opération qualitative a été menée lundi 22 décembre 2014 à 22h30, à travers une souricière tendue grâce à des renseignements et à une filature d’un dangereux groupe terroriste circulant à bord d’un véhicule dans la ville des Issers, précise un premier communiqué. Deux fusils automatiques de type Kalachnikov, une ceinture explosive, une importante quantité de munitions ainsi que des téléphones portables ont été récupérés sur les lieux de l’embuscade."

Citant des sources anonymes, plusieurs médias locaux indiquaient déjà que parmi les trois terroristes abattus figurait Abdelmalek Gouri, à la tête du groupe Jund Al-Khalifa, responsable de l’enlèvement et de la mort du touriste français Hervé Gourdel, en septembre dernier.

Le ministre de la Justice algérien, Tayeb Louh, avait déjà annoncé le 26 novembre la mort d’un membre de Djound Al-Khilafa, également tué par l’armée, sans révéler son identité. Jeudi 11 décembre, le ministre annonçait qu’un deuxième individu, identifié comme membre du groupe ayant enlevé le touriste, avait été tué par les services de sécurité. M. Louh n’a pas précisé son identité ni les circonstances dans lesquelles il a été abattu.

>> Lire aussi : Algérie : Jund al-Khilafa, des "soldats" pas si inconnus

Abdelmalek Gouri, 37 ans, alias Khaled Abou Souleimane, est un ancien bras droit du chef d’Aqmi, Abdelmalek Droukdel. Il faisait partie d’un groupe d’Aqmi à l’origine des attentats-suicides contre le palais du gouvernement et un bâtiment de l’Organisation des nations unies en 2007 à Alger. Il serait également derrière l’attaque qui avait coûté la vie à 11 soldats en avril 2014 à Iboudrarène, dans la même zone où s’est produit l’enlèvement d’Hervé Gourdel.

Lundi 22 décembre, 41 membres d’organisations terroristes, devaient être jugés par le tribunal criminel d’Alger selon l’APS, agence de presse algérienne. Les accusés sont poursuivis pour "adhésion à un groupe terroriste armé dont le but est de semer l’effroi au sein de la population" et "homicides volontaires avec préméditation et guet-apens".

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte