Politique

Afrique du Sud : Zuma envisage d’épouser une cinquième femme

| Par Jeune Afrique
Jacob Zuma lors de son sixième mariage en avril 2012

Jacob Zuma lors de son sixième mariage en avril 2012 © AFP

Le président sud-africain Jacob Zuma a déclaré le 23 décembre qu’il pourrait épouser une cinquième femme, selon le quotidien The Star.

Il s’est déjà marié six fois, a actuellement quatre épouses et une vingtaine d’enfants. Jacob Zuma, qui met souvent en avant sa culture zouloue – celle-ci autorise la polygamie -, se verrait bien avec une nouvelle femme. C’est avec humour qu’il a fait part de cette intention lors d’une visite dans un township de Durban, dans sa province natale du KwaZulu-Natal (dans l’est du pays).

Devant  une assistance essentiellement composée de personnes âgées, Zuma (72 ans) a déclaré en zoulou qu’il "[avait] des femmes, mais il me faut encore épouser la dernière". Cette déclaration a été accueillie par des applaudissements, des rires et des youyous.

Lors de sa sixième noce en avril 2012, il avait pourtant affirmé en avoir fini avec les mariages.

>>Lire aussi: Afrique du Sud: Jacob Zuma rattrapé par ses démons

Une cinquième épouse aux frais du contribuable sud-africain?

Les quatre épouses actuelles du chef de l’État sont toutes entretenues par le budget de la présidence sud-africaine, et donc aux frais du contribuable. Des voix s’élèvent depuis des années pour réduire cette enveloppe et consacrer une somme forfaitaire au(x) conjoint(s) du chef de l’État.

Même si Zuma a lancé sa déclaration sous forme de boutade, un nouveau mariage du président n’est pas du tout exclu par les observateurs. Selon Sihawu Ngubane, professeur à l’université du KwaZulu-Natal, il est assez courant dans la culture zouloue que des hommes polygames prennent une dernière femme sur leurs vieux jours, parfois la jeune soeur d’une des épouses. "La responsabilité de s’occuper du mari pendant ses vieux jours incombe surtout à la dernière épouse, qui est souvent plus jeune que les autres femmes et est plus agile en cas d’urgence", a-t-il expliqué.

Le président sud-africain, qui a été hospitalisé en juin pour surmenage et a beaucoup maigri ces derniers temps, a affirmé dimanche qu’il allait désormais "parfaitement bien", évoquant un simple "coup de fatigue" lié à la campagne des élections générales que l’ANCl a remportées en mai.

(Avec AFP)
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte