Politique

Tunisie : quatre choses peu connues du nouveau président, Béji Caïd Essebsi

Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi.

Le président tunisien, Béji Caïd Essebsi. © AFP

Vétéran de la politique tunisienne, à 88 ans, Béji Caïd Essebsi a remporté la première présidentielle libre de l'histoire de la Tunisie. L'occasion de (re)découvrir quatre choses peu connue de son parcours.

Une filiation légendaire

L’homme d’État a eu une naissance qui tient de la légende. Il a vu le jour dans le mausolée de Sidi Bou Saïd, l’un des saints les plus révérés en Tunisie, il en porte même le prénom. Mais beaucoup ignorent que son arrière grand père, Ismaïl était un jeune sarde, enlevé par les pirates barbaresques et élevé à la cour beylicale où il avait en charge la consommation de tabac, fonction qui donne à la famille Caïd Essebsi son nom.

L’avocat qui obtient la condamnation d’Israël

En 1985, Béji Caïd Essebsi est ministre des Affaires Etrangères et va faire entrer la Tunisie dans l’Histoire. Auprès du Conseil de sécurité de l’ONU déploie ses talents d’avocat et de tribun et obtient la condamnation d’Israël pour son opération "jambe de bois", le bombardement du quartier général de l’Organisation de libération de la Palestine à Hammam Chott dans la banlieue de Tunis. Ce n’est pas le premier succès de Caïd Essebsi auprès des Nations Unies. En 1957, il avait conclu un programme d’assistance internationale à long terme au profit des réfugiés algériens en Tunisie.

>> Lire aussi : Béji Caïd Essebsi, premier président élu démocratiquement quatre ans après la révolution

Des relations privilégiées avec l’UGTT

Celui qui a débuté sa carrière d’avocat en défendant des militants destouriens a aussi plaidé en faveur de la puissante centrale syndicale de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) avec laquelle il a toujours entretenu des relations privilégiées. Au point que Taïeb Baccouche, figure syndicale majeure, est aujourdh’ui le Secrétaire Général de Nidaa Tounès, parti que Béji Caïd Essebsi fonde en 2012.

L’ennemi de Kadhafi

Le nouveau président tunisien a toujours entretenu d’excellentes relations avec les dirigeants maghrébins. Sauf avec Kadhafi, au point que l’ancien guide libyen a demandé plusieurs fois sa tête à Bourguiba. Mais lors de la cérémonie clôturant sa dernière visite au président, le colonel, devant un gouvernement tunisien médusé, a distingué Béji Caïd Essebsi en lui donnant une accolade et en lui disant : "Tu n’es pas de mon côté mais tu es un homme de convictions que je respecte".

>> Lire aussi : Marzouki lance un mouvement pour "empêcher le retour de la dictature"
 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte