Politique

Rwanda : Augustin Ngirabatware, génocidaire sous protection

| Par Jeune Afrique
Augustin Ngirabatware, condamné à trente ans de réclusion.

Augustin Ngirabatware, condamné à trente ans de réclusion. © Ephrem Ruguririza/AFP

Soutenu par l’OCDE, la Francophonie et d’éminents universitaires européen, l’ancien ministre rwandais Augustin Ngirabatware a été condamné le 18 décembre à trente ans de réclusion pour génocide.

La chambre d’appel du Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux a condamné le 18 décembre l’ancien ministre rwandais Augustin Ngirabatware à trente ans de réclusion pour génocide.

Arrêté en Allemagne en 2007, il avait appartenu aux cercles hutus extrémistes, mais n’en avait pas moins bénéficié longtemps de hautes protections.

Soutenu par l’OCDE, la Francophonie et d’éminents universitaires européens, Ngirabatware avait, en 1998, obtenu du Quai d’Orsay une carte spéciale faisant fonction de titre de séjour. En novembre 1999, manifestement informé qu’il allait être interpellé à Paris, il avait pu prendre la fuite.

> > Lire aussi : Quel bilan pour le TPIR, vingt ans après sa création?

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer