Politique

Nigeria : arrestation d’un ancien porte-parole de Goodluck Jonathan

L'ancien président nigérian, en mai 2015 à Abuja. © Susan Walsh/AP/SIPA

La brigade anti-corruption a annoncé l'arrestation ce lundi d'un ancien porte-parole de l'ex-président nigérian Goodluck Jonathan. Reuden Abati est interrogé dans le cadre d'une enquête sur le détournement présumé de fonds destinés à la lutte contre le groupe islamiste Boko Haram.

« Nous avons arrêté Reuben Abati et il est interrogé en relation avec des questions à la limite de la corruption », a déclaré le porte-parole de la Commission pour les crimes économiques et financiers (EFCC), Wilson Uwuajaren. Il a précisé que l’ancien porte-parole du Président Jonathan, qui fut un éditorialiste populaire et patron de la rédaction du quotidien indépendant Guardian avant de le servir, se trouvait en détention depuis lundi 24 octobre. Une source au sein de l’EFCC a précisé que l’enquête portait sur le détournement de fonds destinés à l’achat d’armes pour combattre Boko Haram.

L’ancien porte-parole de Goodluck Jonathan est soupçonné d’avoir reçu de l’argent de l’ancien conseiller à la sécurité nationale Sambo Dasuki, en détention depuis décembre 2015 pour fraude présumée.

Le colonel Dasuki, 60 ans, est poursuivi pour trois affaires différentes, dans un scandale portant sur un détournement de plus de deux milliards de dollars de fonds qui auraient dû être alloués à la Défense. Cette somme aurait servi à payer la campagne électorale de Goodluck Jonathan, en 2015, alors que le pays subissait l’insurrection du groupe jihadiste Boko Haram.

Selon une autre source au sein de l’EFCC, un deuxième responsable, à Abuja, a également été arrêté lundi. « Il est interrogé en relation avec les millions de dollars qu’il aurait détournés quand il était en fonction », a-t-elle relaté à l’AFP. Il est par ailleurs soupçonné d’avoir alloué « de manière contestable » des terrains de la capitale à ses fils et à des relations, selon elle.

Jonathan juge ces accusations de corruption « exagérées » 

Dans une déclaration mise en ligne mardi par l’agence PRNigeria qui relaye des informations gouvernementales, l’ex-Président Jonathan affirme « ne pas croire que quelqu’un ait pu voler 2,2 milliards de dollars », en référence à son ancien conseiller à la sécurité nationale, le colonel Dasuki.

« Nous avons acheté des bateaux de guerre, nous avons acheté des avions, nous avons acheté un tas d’armes pour l’armée, etc, et vous me dites 2,2 milliards, eh bien où avons-nous trouvé l’argent pour acheter tout cela ? », s’es-il exclamé en marge d’une conférence donnée lundi devant les étudiants de la prestigieuse université d’Oxford en Angleterre.

L’ancien dirigeant estime exagérées les accusations de corruption sous son mandat. »Oui, il y a eu quelques histoires. Oui, il y encore des problèmes de corruption mais en partie exagérés », a-t-il expliqué, jugeant que cela donnait « une très mauvaise impression de [la] nation ». « Vous ne pouvez pas dire que le conseiller à la sécurité nationale a volé 2,2 milliards de dollars. Ce n’est tout simplement pas possible. »

Goodluck Jonathan a été vaincu en 2015  par son rival Muhammadu Buhari qui a depuis lancé une vaste campagne anti-corruption visant les proches du gouvernement précédent.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte