Mines

Burkina Faso : Semafo accroît sa production d’or de 48 % en 2014

Semafo est cotée à la Bourse de Toronto. Mana est le seul gisement minier exploité par le groupe canadien à travers le monde.

Semafo est cotée à la Bourse de Toronto. Mana est le seul gisement minier exploité par le groupe canadien à travers le monde. © Semafo

En 2014, le groupe canadien Semafo a extrait 234 000 onces d’or de la mine de Mana, au Burkina Faso, soit 48 % de plus qu’un an auparavant. Une hausse de la production due à l’accélération du développement de deux nouveaux périmètres miniers sur le site.

La mine d’or de Mana au Burkina Faso a produit 234 300 onces d’or en 2014, soit une hausse de 48 % en un an, a annoncé l’entreprise minière canadienne Semafo, qui exploite ce gisement situé à 260 kilomètres à l’ouest de Ouagadougou. Une production supérieure de 10 % à l’objectif fixé par l’opérateur minier et qui a rapporté 289 millions de dollars, soit 27,8 % de plus qu’en 2013.

Accélération

Une performance d’autant plus remarquable que l’année avait mal démarré pour le groupe canadien. Au premier trimestre, la production d’or de Mana était en recul de 17 % sur un an. Semafo a pourtant réussi à relancer l’extraction grâce à l’accélération du développement des périmètres miniers de Siou et Fofina sur le site de Mana. Avec pour conséquence que dès le troisième trimestre 2014, la production aurifère était en hausse de 67 % sur un an, avec un coût de production par once d’or vendu en recul de 8 % à 670 dollars.

Lire aussi :

Burkina Faso : le gouvernement de transition veut faire le ménage dans le secteur minier

Burkina Faso : l’or n’est pas éternel

Burkina : l’agence Standard & Poor’s abaisse la note du pays en raison des tensions politiques

Crise au Burkina Faso : quelles conséquences pour l’économie ?

La hausse de la production de Mana s’est d’ailleurs accélérée durant le dernier trimestre (+ 73 %), en dépit des troubles socio-politiques qui ont frappé le Burkina Faso. Les opérations de la mine d’or de Semafo se sont poursuivies – hormis durant une période de trois jours à la fin novembre – durant les semaines agitées qui ont accompagné le départ du président Blaise Compaoré.

Pour cette année, le groupe canadien vise une production comprise entre 245 000 et 275 000 onces d’or au Burkina Faso. Ses dépenses en capital devraient atteindre 37 millions de dollars, dont 18 millions consacrés à l’exploration.

Une hausse de la production qui intervient alors que les cours de l’or semblent stabilisés. Après une chute vertigineuse des prix en 2013 (de 1700 à près de 1200 dollars l’once), les cours sont restés à un niveau moyen de 1265 dollars en 2014. Pour 2015, Semafo s’attend à un prix de 1150 dollars par once.

Première source de devises

Mana est la seule mine d’or en activité de Semafo à travers le monde. Le groupe canadien a cedé en 2013 la mine de Samira Hill à l’État nigérien. L’industrie aurifère est depuis 2009 la première source de devises du Burkina Faso, devant le coton. Le secteur représente près de 80 % des exportations et 20 % des recettes budgétaires. En 2013, le pays a exporté 40 tonnes d’or, contre 754 kg en 2007.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte