Politique

Le nouveau président tunisien, Béji Caïd Essebsi, a prêté serment

Le nouveau président tunisien lors de sa prestation de serment. © Capture d'écran/JA

Vainqueur de l'élection présidentielle du 21 décembre, l'ancien Premier ministre Béji Caïd Essebsi a prêté serment mercredi matin. Il est officiellement le nouveau président de la Tunisie.

Mis à jour à 11 heures 10

"Je jure par Dieu Tout-Puissant de préserver l’indépendance de la Tunisie et son intégrité territoriale, de respecter sa Constitution et sa législation, de veiller sur ses intérêts et de lui être loyal", a déclaré Béji Caïd Essebsi, 88 ans, lors de sa prestation de serment mercredi 31 décembre au matin devant le Parlement tunisien.

"En tant que chef de l’État, je m’engage à être le président de tous les Tunisiens et Tunisiennes (…) je serai le garant de l’unité nationale", a-t-il ensuite dit.

>> Lire aussi : Quatres choses peu connues du nouveau président, Béji Caïd Essebsi

Premier président élu démocratiquement quatre ans après la révolution, ce vétéran de la politique tunisienne a remporté le scrutin organisé le 21 décembre. Avec 55,68 % des suffrages, il a largement devancé son principal rival, le chef de l’État sortant, Moncef Marzouki.

"Il n’y a pas d’avenir pour la Tunisie sans consensus entre les partis politiques et les composantes de la société civile, a également souligné Caïd Essebsi. Il n’y a pas d’avenir pour la Tunisie sans la réconciliation nationale."

Son parti, Nidaa Tounès, qui a remporté les législatives en octobre, va désormais devoir constituer une coalition pour gouverner, faute de majorité absolue, et composer avec les islamistes du parti Ennahdha.

>> Pour aller plus loin : Comment éviter la catastrophe ?

(Avec AFP)

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte