Diplomatie

Maroc – Égypte : petit règlements de comptes médiatiques entre amis

| Par
Lancement du reportage conernant le régime d’al-Sissi sur la TVM.

Lancement du reportage conernant le régime d'al-Sissi sur la TVM. © Capture d'écran YouTube

Dans un reportage à charge, la télévision publique marocaine critique ouvertement le régime de l’Égyptien Sissi. Les prémisses d’une crise diplomatique ?

Que se passe t-il entre le Maroc et l’Égypte ? La première chaîne nationale (TVM) a créé la surprise en diffusant le 1er janvier un reportage-bilan sur "le désordre sécuritaire" en Égypte, un an et demi après l’accession au pouvoir du maréchal Abdelfettah al-Sissi.


(voir à 17,52)

Le reportage, qui n’est pas rattaché à une actualité, estime que "l’avénement d’al-Sissi le 13 août 2013 s’est fait à la faveur d’un putsch militaire qui a démis de ses fonctions un président élu (Mohamed Morsi, NDLR) et qui a ordonné l’arrestation de centaines d’opposants. (…) Le 14 août, poursuit le reportage, a été une journée sanglante pour l’Égypte après que la police et l’armée sont intervenus pour réprimer une manifestation d’opposants au régime sur la place Rabiaâ Al Adaouiya (aucune mention aux Frères musulmans n’est faite, NDLR), causant 500 morts." 

Pour appuyer ses propos, la TVM a fait intervenir le Marocain Mohamed Benhamou, directeur du Centre marocain des études stratégiques et spécialiste des questions de terrorisme, qui a estimé "le putsch d’al-Sissi a brutalement avorté l’expérience démocratique en Égypte et s’est fait contre les choix du peuple égyptien". 

La sévérité de la télé publique marocaine vis-à-vis de l’Égypte en a surpris plus d’un. Surtout que le Maroc a reconnu le nouveau président en envoyant son ministre des Affaires étrangères, Salahedine Mezouar, assister à la cérémonie d’investiture du maréchal. 

Cette sortie de la TVM pourrait cependant être une réponse aux critiques des médias égyptiens sur la situation économique et sociale du royaume chérifien, qui s’en donnent à coeur joie depuis plusieurs mois. La dernière en date remonte à la fin du mois de décembre, quand le présentateur égyptien Mohamed Nacer Ali, travaillant pour la chaîne Misr Al Ane, a critiqué « les 5 avions réquisitionnés par le roi Mohammed VI pour son dernier voyage en Turquie" (voir la vidéo ci-dessous). Ses excuses (forcées?) le lendemain pourraient ne pas avoir été suffisantes pour calmer l’ire marocaine.

Du côté du pouvoir marocain, le portail officiel du Parti Justice et Développement (PJD), dont les affinités avec les Frères Musulmans égyptiens sont connues, a qualifié le reportage de la TVM de "première" mais sans s’en féliciter particulièrement.

Tandis qu’en Égypte, les réactions ne se sont pas faites attendre. Le portail Cairo Portal parle "d’une crise" entre Rabat et le Caire, et en attribue la raison à la photo familiale prise entre Recip Tayyib Erdogan – dont les relations avec al-Sissi ne sont pas au beau fixe – et Mohammed VI au moment de la visite de ce dernier en Turquie. 

La twittosphère égyptienne manifeste quant à elle sa colère contre la TVM, estimant que "Sissi est une ligne rouge" à ne pas franchir. D’autres évoquent même une sortie médiatique qui pourrait être dictée par de nouvelles données dans les alliances régionales. Une réponse au premier voyage officiel du président égyptien après son investiture, en juin dernier, réservé à l’Algérie ?

Pour l’instant, aucun des deux protagonistes ne se s’est exprimé officiellement sur ce qui reste pour le moment de simples escarmouches télévisuelles. 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer