Diplomatie

Libye : ce que l’on sait du bombardement du pétrolier grec

Un pétrolier libyen dans leport de Tripoli.

Un pétrolier libyen dans leport de Tripoli. © AFP

Selon les autorités libyennes, les forces armées ont bombardé dimanche un pétrolier grec présenté comme "suspect" au large de Derna (Est). Deux membres d'équipage, un Grec et un Roumain, ont été tués.

Quand l’attaque a-t-elle eu lieu ?

Selon les garde-côtes, l’attaque contre le pétrolier grec Araevo, battant pavillon libérien, a eu lieu "dans la soirée" du dimanche 4 janvier, ajoutant que le tanker effectuait une liaison intérieure et était à l’ancre avec 1 600 tonnes de pétrole dans ses réservoirs.

Une information confirmée par un porte-parole du commandement des forces libyennes, le colonel Ahmed Mesmari, qui a affirmé qu’"un bateau suspect a été bombardé dimanche par les forces aériennes libyennes".

>> Lire aussi : La Libye au bord d’"une guerre totale" ?

Pourquoi le navire a-t-il été attaqué ?

L’équipage du pétrolier n’aurait pas obtempéré aux ordres lui enjoignant de s’arrêter pour être fouillé avant son entrée au port de Derna, fief des islamistes.

"Des ordres ont été donnés au bateau de s’arrêter dès qu’il s’est approché du port de Derna afin de vérifier si sa cargaison contenait ou non des armes et munitions destinées aux extrémistes qui contrôlent la ville, mais l’équipage n’a pas obtempéré ce qui le rendait suspect aux yeux de l’armée qui combat le terrorisme", a expliqué le colonel Ahmed Mesmari.

>> Lire aussi : Le sud de la Libye est un "hub terroriste", selon le ministre français de la Défense

Bilan humain de l’attaque

Le premier bilan fait état de deux morts parmi les membres de l’équipage, un grec et un roumain. Selon les garde-côtes grecs, il y aurait également deux blessés parmi les 26 membres d’équipage.

21 membres de l’équipage sont de nationalité philippine, trois de nationalité grecque et deux autres roumaine.

Quelle est la réaction de la Grèce ?

C’est le ministère grec des Affaires étrangère qui s’est exprimé dans un communiqué pour condamner "dans les termes les plus fermes possibles l’attaque aérienne non provoquée et lâche" contre le pétrolier Araevo.

"Le bateau, selon les informations de la compagnie maritime, a été affrété par la compagnie d’État libyenne National Oil Corporation (NOC) et effectuait depuis de nombreuses années la route Marsa El Brega – Derna sans problème", précise le même communiqué.

"Le gouvernement grec prendra toutes les mesures nécessaires à l’égard des autorités libyennes – malgré la situation instable – pour aider à l’enquête sur les circonstances de cet événement tragique, l’identification et la punition des auteurs de l’attaque", a-t-il ajouté.

(Avec AFP)

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte