Politique

CPI – Gambie : Fatou Bensouda, procureur à poigne

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection – forcément subjective – des 50 Africaines les plus influentes au monde.

Mis à jour le 12 janvier 2015 à 14:08

Fatou Bensouda, procureur général de la CPI. © Ho/ANP/AFP

La Gambienne Fatou Bensouda, 53 ans, est la magistrate la plus crainte ou la plus contestée de la planète, c’est selon. Une demi-revanche pour celle qui, petite, a souffert de voir sa tante se faire battre par son mari. La jeune fille s’est donc tournée vers des études de droit, au Nigeria. De retour à Banjul, elle obtiendra un poste de procureur général, en 1987, puis sera nommée ministre de la Justice (1998-2000), avant d’officier au sein du Tribunal pénal international pour le Rwanda, à Arusha.

Élue procureur général de la Cour pénale internationale (CPI) en 2011, Bensouda s’est retrouvée au coeur de la vie politico-judiciaire africaine. C’est elle qui a inculpé l’Ivoirien Laurent Gbagbo, dont le procès est censé s’ouvrir le 7 juillet 2015. Elle affronte indirectement des milices, comme en Libye la tribu de Zintan, qui refuse de livrer Seif el-Islam Kadhafi.

Mais elle est parfois contrainte d’admettre son impuissance, comme le 13 décembre, lorsqu’elle a annoncé au Conseil de sécurité de l’ONU qu’elle suspendait ses enquêtes au Darfour. Une semaine plus tôt, elle renonçait à poursuivre le président kényan, Uhuru Kenyatta.

Passez votre souris sur les boutons puis cliquez sur le nom des personnalités pour lire leurs portraits.
© Infographie : Elena Blum pour Jeune Afrique