Dossier

Cet article est issu du dossier «50 femmes puissantes»

Voir tout le sommaire
Arts

Sénégal : Germaine Acogny, reine de la chorégraphie

| Par
Germaine Acogny, chorégraphe.

Germaine Acogny, chorégraphe. © Camille Millerand pour J.A.

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection – forcément subjective – des 50 Africaines les plus influentes au monde.

Franco-Sénégalaise née au Bénin, Germaine Acogny était-elle prédestinée à faire rayonner la danse contemporaine africaine dans le monde entier ? Peut-être. La chorégraphe de 70 ans a d’abord dirigé, de 1977 à 1982, l’école de danse fondée à Dakar par Maurice Béjart et Léopold Sédar Senghor, le Mudra d’Afrique.

Puis, en 1998, elle lance sa propre structure, l’École des sables, à Tubab Dialaw. Pour définir le style qui l’a popularisée, elle dit : « J’ai pris l’essence des danses traditionnelles d’Afrique de l’Ouest et des danses que j’ai apprises en Europe, et j’ai créé ma propre technique, où les mouvements sont initiés par la colonne vertébrale. » Ce qu’elle craint par-dessus tout ? Que « la civilisation fasse perdre l’émotion de la danse ».

Passez votre souris sur les boutons puis cliquez sur le nom des personnalités pour lire leurs portraits.
© Infographie : Elena Blum pour Jeune Afrique

Lire les autres articles du dossier

«50 femmes puissantes»

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte