Culture

Musique : Alsarah et sa rétro-pop est-africaine

| Par
Mis à jour le 26 septembre 2016 à 12h12
Sarah Mohamed Abunama-Elgadi.

Sarah Mohamed Abunama-Elgadi. © alsarah.com

Lumière sur le combo soudanais, Alsarah & The Nubatones, qui délivrera son 2e album le 30 septembre prochain : Manara.

Songwriteuse, vocaliste et ethnomusicologue basée à Brooklyn, Alsarah – née Sarah Mohamed Abunama-Elgadi au Soudan de parents défenseurs des droits de l’homme – quitte son pays natal à l’âge de huit ans après le coup d’état de 1989.

Sa famille s’installe alors au Yémen, mais la guerre civile éclate en 1994. Et lelle se voit dans l’obligation de s’envoler outre-Atlantique, où elle obtient le statut de réfugiée politique.

C’est à Boston, la plus européenne des villes américaines, qu’Alsarah grandira. Et nourrira son imaginaire, au gré de ces expériences difficiles. La jeune femme commence par pianoter sur un vieux clavier et à bénéficier de leçons conduites par un ami de la famille, avant de rejoindre différentes chorales estampillées « World Music » établies un peu partout aux États-Unis.

 

Lire la suite – et découvrir un extrait de l’album en vidéo – sur Into The Chic, une publication de Jeune Afrique, en cliquant ici.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte