Politique
Jacques Chirac lors d’une visite en Côte d’Ivoire, en 1995.

Cet article est issu du dossier

France-Afrique : quel héritage pour Jacques Chirac ?

Voir tout le sommaire
Politique

Jacques Chirac et l’Afrique, une si longue histoire

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 26 septembre 2019 à 12:47

Le président français Jacques Chirac avec de nombreux dirigeants africains lors du 24e sommet Afrique-France, en février 2015. © Patrick Kovarik / AP SIPA

L’ancien président français Jacques Chirac est décédé jeudi 26 septembre à l’âge de 86 ans. Pendant plus de soixante ans, il avait entretenu une relation particulièrement riche avec l’Afrique.

Malade, souffrant de troubles de la mémoire, hospitalisé à de nombreuses reprises, Jacques Chirac gardait dans l’opinion publique – dans l’Hexagone comme en Afrique – l’image d’un chef d’État populaire qui savait rester proche des gens.

Candidat malheureux aux présidentielles de 1981 et 1988 face à François Mitterrand, mais présent dans les arcanes du pouvoir pendant quarante ans, il avait tout connu, y compris les réseaux françafricains hérités de Jacques Foccart.

Proche d’Omar Bongo, de Eyadema Gnassingbé ou encore de Denis Sassou Nguesso, il n’avait pas échappé aux accusations de financement frauduleux de ses campagnes politiques ou d’implication dans des ventes frauduleuses d’armes à l’Angola.

Marquée par le scandale de Bouaké en Côte d’Ivoire, ses amitiés avec Hassan II ou Mobutu Sese Seko, avec qui il parlait avec le plus grand respect, sa relation avec l’Afrique aura été riche, y compris de contradictions. Il restera l’homme qui pouvait lancer dans Jeune Afrique « Soyez fiers d’être Africains ».

Retour, en une chronologie, sur « Chirac, l’Africain ».