Dossier

Cet article est issu du dossier «Abidjan, le retour»

Voir tout le sommaire
Société

Le centre Cap Sud à Abidjan : tant bien que « mall »

Le grand centre commercial Sococé du groupe Prosuma.

Le grand centre commercial Sococé du groupe Prosuma. © Youri Lenquette pour J.A.

Toujours plus de galeries commerciales en centre-ville, avec toujours plus de boutiques… Les clients ont davantage de moyens, mais n’est-ce pas un peu trop ?

Dans la toute nouvelle galerie du centre commercial Cap Sud, les acheteurs sont rares. En cet après-midi de début de semaine, en pleines fêtes de fin d’année, seuls les espaces de restauration et la boutique Orange, toujours prise d’assaut, font le plein. "C’est normal, mais à partir du vendredi, c’est la folie ! Nous avons ouvert il y a seulement trois mois, et les affaires marchent très bien…", s’enthousiasme le vendeur du magasin de chaussures Aldo.

Dans les rayons de l’enseigne canadienne, où des dizaines d’escarpins aux talons vertigineux côtoient sacs à main et accessoires éclatants de strass, deux jeunes Libanaises et une quadragénaire française cherchent leur pointure. "La clientèle est surtout constituée d’expatriés, mais les Ivoiriens aisés y sont de plus en plus nombreux", précise le commerçant.

Dans cette extension, inaugurée en septembre, de l’un des premiers malls du centre-ville (boulevard Valéry-Giscard-d’Estaing, à Marcory), les boutiques haut de gamme se succèdent sur deux niveaux : des cascades de capsules "grands crus" de chez Nespresso aux vins et spiritueux de la cave de L’OEnophile en passant par les grandes enseignes de prêt-à-porter, toutes européennes.

Rayons impeccables et espaces traiteur

À quatre semaines des fêtes, le père Noël, son traîneau et ses rennes accueillent déjà les clients à l’entrée du Super Hayat. Locomotive du centre commercial, l’immense supermarché s’étend derrière une longue rangée de caisses. Rayons impeccables et espaces "traiteur" répartis en îlots thématiques attirent une clientèle bien plus nombreuse et variée que les autres magasins de la galerie. "Nous avons voulu répondre à la demande ivoirienne, qu’elle soit expatriée ou locale", résume Vincent Lambert, directeur général adjoint du groupe Prosuma, qui a conçu la nouvelle galerie de Cap-Sud et gère la grande surface.

Le spécialiste ivoirien de la distribution compte une quinzaine d’implantations à Abidjan, parmi lesquelles les supermarchés Sococé (dont l’hypermarché des Deux-Plateaux), les franchises Casino, les magasins Gifi et Cash Ivoire. Si les embouteillages qui congestionnent le centre-ville d’Abidjan gênent encore la fréquentation à Cap-Sud, le groupe "n’est pas mécontent" des résultats obtenus.

>> Lire aussi : rapport : 29 nouveaux centres commerciaux d’ici 2017

L’arrivée de Carrefour et de CFAO a créé une sorte de buzz

Plusieurs spécialistes du secteur se montrent cependant sceptiques sur la multiplication des galeries et des centres commerciaux. Ils soulignent que le marché abidjanais n’est pas extensible et qu’Abidjan compte déjà 4 grands malls en centre-ville : Cap Sud et Prima Center à Marcory, Cap Nord (Riviera-III) et Espace Latrille (Deux-Plateaux) à Cocody. Ils rappellent également que le niveau de consommation progresse, mais lentement, et que la grande émergence de la classe moyenne n’est pas encore d’actualité.

"La clientèle ciblée par ces centres commerciaux dits "modernes" représente 8 % à 10 % de la population, mais cela ne signifie pas que ces gens vont y dépenser chaque mois tout leur salaire ou y remplir des chariots entiers", précise Julien Garcier, fondateur de Sagaci Research.

Le cabinet d’intelligence économique a recensé cinq projets de centres commerciaux à Abidjan. Le plus attendu est celui du distributeur CFAO, qui marquera l’arrivée du groupe français Carrefour en Côte d’Ivoire et dont l’ouverture est prévue pour la fin de 2015. Situé lui aussi en centre-ville, boulevard VGE, le futur mall de 20 000 m2 doit accueillir une cinquantaine d’enseignes en plus du supermarché. Mais pour Julien Garcier, ce projet biaise la perception des observateurs.

"L’arrivée de Carrefour et de CFAO a créé une sorte de buzz, reconnaît-il, mais Abidjan n’est pas la métropole régionale où l’attractivité est la plus forte pour les enseignes internationales." Selon lui, ces dernières cherchent d’abord à s’implanter dans d’autres villes ouest-africaines, à commencer par Lagos et Abuja (Nigeria), Accra (Ghana) ou encore Dakar (Sénégal).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte