Économie

Maroc Telecom finalise l’acquisition de six filiales subsahariennes d’Etisalat

Par
Mis à jour le 27 janvier 2015 à 17:24

Maroc Telecom a finalisé l’acquisition, pour 650 millions de dollars, des filiales d’Etisalat (Moov) au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Niger, en Centrafrique et au Togo. Le groupe marocain doit maintenant s’atteler à relancer leurs activités. Une gageure.

Maroc Telecom est désormais implanté dans 10 pays africains. L’opérateur marocain a annoncé, dans un communiqué publié ce mardi 27 janvier, avoir finalisé l’acquisition des filiales d’Etisalat – opérant sous la marque Moov – au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Niger, en Centrafrique et au Togo, doublant ainsi son empreinte géographique au sud du Sahara.

Cette transaction, qui inclut également le rachat de Prestige Telecom, prestataire de services IT pour ces opérateurs, a été négociée en mai dernier dans le cadre de la prise de contrôle de Maroc Telecom par Etisalat. Son coût est de 650 millions de dollars et comprend « la reprise de la participation d’Etisalat dans ces opérateurs ainsi que le rachat par Maroc Telecom des prêts d’actionnaires », indique le communiqué du groupe marocain.

Pour Abdeslam Ahizoune, le président du directoire de l’opérateur marocain, cette transaction « marque une importante étape dans le développement du groupe Maroc Telecom et renforce son positionnement stratégique en tant qu’acteur majeur des télécoms en Afrique présent dans 10 pays à fort potentiel de croissance ».

Challengers

L’opérateur marocain, qui était déjà implanté en Mauritanie, au Mali, au Burkina et au Gabon, doit maintenant s’atteler à relancer ses nouvelles filiales, ce qui constitue un challenge non-négligeable.

>>> Pour aller plus loin : Cadeau empoisonné pour Maroc Télécom à Abidjan

En effet, ces dernières – exceptée Moov Bénin, leader du marché – se trouvent toutes en position de challenger dans les pays où elles opèrent. De plus, en 2014, seule une seule d’entre elles – Moov Togo – devrait être bénéficiaire. Moov Côte d’Ivoire, la plus importante des nouvelles filiales de Maroc Télécom, a vu ses résultats et sa part de marché fondre au cours des deux dernières années. Ses pertes devraient atteindre 10 milliards de F CFA en 2014, soit le double de celles enregistrées un an auparavant.

Lire aussi :

Maroc Telecom renoue avec la croissance dans le royaume chérifien

Infographie – Maroc Telecom – Etisalat : un nouveau géant en images

Télécoms : Moov sur la bonne trajectoire

Moov Togo : Cap sur la brousse

Maroc : l’inébranlable Abdeslam Ahizoune