Diplomatie

Guinée : Sékouba Konaté a quitté le Maroc pour le Tchad

Sékouba Konaté en septembre 2010 à Conakry. © Jerome Delay / AP / Sipa

L'ancien président de la transition en Guinée, le général Sékouba Konaté, a pour le moment posé ses valises à N'Djamena (Tchad). Toutefois, Brazzaville avait déjà "donné son accord de principe" pour accueillir celui qui était devenu indésirable à Rabat.

Comme l’avait déjà annoncé Jeune Afrique, l’ancien président par intérim de la transition militaire au pouvoir en Guinée de décembre 2008 à décembre 2010 était devenu persona non grata à Rabat, où il avait élu domicile depuis un moment. En cause ? Les menaces que proférait le général Sékouba Konaté contre le pouvoir de Conakry qui lui refuserait le bénéfice des droits liés au statut d’ancien chef d’État qu’il revendique.

Pourquoi N’Djamena ?  

Jointe au téléphone, une source guinéenne proche du général a confirmé à Jeune Afrique que Sékouba Konaté « séjourne au Tchad depuis le 6 septembre ». Même s’il n’est pas exclu que le chef de la Force africaine en attente choisisse pour destination finale le Congo-Brazzaville, qui s’est déjà dit disposé à l’accueillir. « Le général Konaté est libre de ses mouvements. N’étant pas confiné comme Dadis Camara, il va où il veut », s’empresse de souligner ce proche de Konaté. Et de renchérir que celui-ci avait déjà une visite au Tchad prévue dans son calendrier.

Fini le Maroc

Ce qui est certain, c’est que Sékouba Konaté ne repartira au Maroc. « Ses propos et comportements contre le régime guinéen étaient devenus gênants aux yeux des autorités marocaines. Ce qui était de nature à mettre en péril les rapports entre la Guinée et le Maroc », a soufflé la même source à Jeune Afrique.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte