Économie

Électricité : la Côte d’Ivoire prolonge de trois ans le contrat d’Aggreko à Vridi

Par
Mis à jour le 29 janvier 2015 à 13:42

Le britannique Aggreko a décroché l’entension de trois ans du contrat de sa centrale électrique au gaz de Vridi, à Abidjan (Côte d’Ivoire). Inaugurée en 2010, cette installation dispose d’une capacité de production de 200 mégawatts.

Le groupe britannique Aggreko, leader mondial des services d’alimentation électrique temporaire, a annoncé l’extension du contrat de sa centrale électrique de Vridi, à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Mise en place en 2010, cette installation, composée de groupes électrogènes alimentés au gaz naturel, a vu ses capacités portées de 100 à 200 mégawatts en juin 2013.

Le contrat de fourniture d’électricité signé par Aggreko, prolongé de deux ans fin 2012, vient d’être reconduit pour trois années suplémentaires, avec une option pour deux ans de plus. Le coût de développement de cette centrale est de l’ordre de 100 millions de dollars, selon les informations confiées en juillet 2013 à Jeune Afrique par Christophe Jacquin, directeur général d’Aggreko en Afrique du Nord et de l’Ouest.

Pillier

« Nous sommes heureux de prolonger le contrat de la centrale électrique d’Aggreko, cette centrale représente un pilier important de notre programme d’amélioration des infrastructures énergétiques dans tout le pays », a déclaré Amidou Traoré, directeur général de CI-Energies, la société publique chargée de la gestion du secteur électrique en Côte d’Ivoire, dans un communiqué.

« Notre projet en Côte d’Ivoire illustre parfaitement la valeur ajoutée qu’Aggreko apporte à ses clients du service public en Afrique », a indiqué pour sa part Christophe Jacquin. Aggreko, qui a monté une filiale locale en Côte d’Ivoire, assure trouver en la Côte d’Ivoire « une plateforme essentielle à ses opérations en Afrique de l’Ouest ».

Actif dans une centaine de pays à travers le monde, Aggreko emploie plus de 6 000 personnes et réalise un chiffre d’affaires d’environ 1,6 milliard de livres (2,5 milliards de dollars).

>>> Lire aussi – Christophe Jacquin : « Aggreko ne se substitue pas aux compagnies d’électricité africaines »