Religion

France : le tireur de Montrouge est lié aux frères Kouachi

| Par
Sur la scène du crime à Montrouge, jeudi 8 janvier.

Sur la scène du crime à Montrouge, jeudi 8 janvier. © AFP

L’auteur de la fusillade qui a tué une policière jeudi matin à Montrouge appartient à la même filière jihadiste que les frères Kouachi, suspects présumés de l’attentat contre « Charlie Hebdo ». Il est aussi suspecté d’être derrière une prise d’otages en cours depuis vendredi à la mi-journée dans un supermarché casher de Vincennes, dans l’est de Paris.

Jusqu’ici, les autorités françaises se refusaient à établir un lien entre les deux affaires. Mais vendredi 9 janvier, elles ont acquis la certitude que l’homme qui a tué une policière de 26 ans la veille à Montrouge, dans le sud de Paris, était lié aux frères Cherif et Saïd Kouachi, les auteurs présumés de l’attentat meurtrier contre Charlie Hebdo. D’après Le Point, il s’agirait d’un certain Amedy C., un homme noir âgé de 32 ans.

Cet homme est également suspecté d’être l’auteur d’une prise d’otages en cours depuis vendredi, à la mi-journée, dans un supermarché casher de Vincennes, à l’est de Paris. Il aurait notamment dit aux forces de l’ordre "Vous savez qui je suis".

"Filière des Buttes Chaumont"

Selon les enquêteurs, les frères Kouachi faisaient partie de la "filière des Buttes Chaumont", un groupe d’islamistes radicaux actif dans les années 2000 dans ce secteur du 19e arrondissement de Paris. Cette filière, dirigée par l’imam autoproclamé Farid Benyettou, était essentiellement composée de jeunes du quartier.

>> Lire aussi "Charlie Hebdo" : les connexions tunisiennes de Cherif Kouachi

Comme les frères Kouachi, le tireur de Montrouge est connu des services français de lutte anti-terroriste. En 2010, il avait été condamné pour avoir participé au projet d’évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, un ancien membre du Groupe islamique armé (GIA) algérien. Cherif, le cadet des frères Kouachi, avait aussi été mis en examen dans cette affaire avant de bénéficier d’un non-lieu. Il connaissait donc le "tireur de Montrouge" et la thèse d’un réseau organisé semble prendre le dessus sur celle de "loups solitaires" agissant chacun de leur côté.

Gilet pare-balles et fusil-mitrailleur

Autre point de resemblance : le meurtrier de la policière à Montrouge était équipé d’un gilet pare-balles, d’un fusil mitrailleur et d’une arme de poing. Soit un matériel militaire équivalent à celui des frères Kouachi lors de leur massacre au siège du journal Charlie Hebdo.

Selon des sources proches de l’enquête interrogée par l’AFP, l’étau s’est récemment resserré autour du suspect. Deux membres de son entourage familial "très proche" ont été interpellés vendredi matin dans une cité de Grigny, dans la banlieue sud de Paris. Leurs auditions pourraient se révéler décisives pour la suite de l’enquête.

___

Benjamin Roger

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer