Économie

L’Afrique du Sud évite la récession grâce à un net rebond de sa croissance au deuxième trimestre

La croissance sud-africaine au deuxième trimestre 2016 a bénéficié du rebond de la production de platine. Vue d'une ouvrière de la mine de Dishaba, en Afrique du Sud.

La croissance sud-africaine au deuxième trimestre 2016 a bénéficié du rebond de la production de platine. Vue d'une ouvrière de la mine de Dishaba, en Afrique du Sud. © Anglo American Platinum

L’économie sud-africaine, la première du continent, a évité d’entrer en récession en enregistrant au deuxième trimestre de 2016 un taux de croissance de +3,3 %, après une baisse de -1,2 % au premier trimestre, selon les chiffres officiels publiés mardi. C’est la meilleure performance enregistrée depuis fin 2014

« La croissance du PIB (produit intérieur brut) est de +3,3 % pour le deuxième trimestre 2016 », a annoncé l’agence nationale des statistiques (StatsSA). Ce rebond s’explique par une forte progression du secteur minier (+ 1,8 %), nourrie par l’augmentation de la production de platine dont l’Afrique du Sud est le numéro un mondial.

L’industrie manufacturière affiche également de bons résultats au deuxième trimestre, en hausse de +8,1 %. Le secteur agricole, touché par la grave sécheresse qui frappe l’Afrique australe depuis deux ans, subit en revanche un léger recul (-0,8 %).

Il s’agit de la meilleure croissance trimestrielle enregistrée par le pays depuis le quatrième trimestre 2014.

Pas de croissance soutenue

« L’amélioration du PIB est principalement influencée par les chiffres très bas du premier trimestre », a toutefois nuancé la banque sud-africaine Nedbank dans une analyse. « Cette hausse était prévue mais on ne s’attend pas à ce que ce rythme soit soutenu dans les douze ou dix-huit prochains mois », poursuit Nedbank.

Ces chiffres constituent néanmoins une bouffée d’oxygène pour une économie moribonde depuis plusieurs années, à l’heure où la note souveraine de l’Afrique du Sud est juste au-dessus des catégories spéculatives, un statut qui dissuade les investisseurs.

Les prévisions restent plutôt moroses pour l’économie sud-africaine qui s’attend, selon la banque centrale, à une croissance nulle pour l’année 2016, après une légère hausse de +1,3 % en 2015.

« L’agriculture est très dépendante de bonnes pluies lors de l’été qui arrive. Et l’amélioration dans le secteur minier va être limitée par la demande mondiale incertaine et les prix bas des matières premières », prévient Nedbank, qui prédit une croissance annuelle de +0,2 %. Le FMI table sur une croissance quasi nulle en Afrique du Sud cette année : +0,1 %.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte