Société

Égypte: les autorités religieuses mettent en garde contre la nouvelle une de « Charlie Hebdo »

| Par Jeune Afrique
Le Caire en 2013

Le Caire en 2013 © Gianluigi Guercia/AFP

L’instance représentant l’islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a « mis en garde » contre la publication d’un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le journal satirique français « Charlie Hebdo » à paraître mercredi.

« Cette action est une provocation injustifiée pour les sentiments d’1,5 milliard de musulmans à travers le monde », indique l’organisation dans un communiqué.

La une du numéro de Charlie Hebdo à paraître mercredi représente le prophète Mahomet, une larme à l’oeil, tenant une pancarte « Je suis Charlie », comme celles des millions de personnes qui ont manifesté en France contre le terrorisme après les attentats. Le dessin est surmonté du titre « Tout est pardonné ».

« Cette édition entraînera une nouvelle vague de haine dans les sociétés française et occidentales, et ce que le magazine fait ne sert pas la co-existence et le dialogue culturel auxquels les musulmans aspirent », ajoute le communiqué, qui dénonce les attaques ayant visé plusieurs mosquées en France après les attentats.

Condamnation de l’attaque contre « Charlie Hebdo »

Ibrahim Negm conseiller du Mufti de la république et dirigeant de Dar al-Ifta a indiqué que son institution condamnait l’attaque de deux jihadistes français ayant visé le journal et tué 12 personnes.

« Nous appelons tous les musulmans à ne pas participer à des violences », a-t-il affirmé. « Nous dénonçons la violence et respectons la liberté d’opinion. Mais l’autre partie doit comprendre que nous aimons le prophète Mahomet. »

>> A lire aussi : Sur les réseaux sociaux, les Africains ne sont pas tous « Charlie »

En France, le CFCM et l’UOIF appellent « au calme »

En France, le Conseil français du culte musulman (CFCM) et l’Union des organisations islamiques de France (UOIF, qui est proche des Frères musulmans) ont appelé la communauté musulmane « à garder son calme en évitant des réactions émotives ou incongrues incompatibles avec sa dignité et sa réserve, tout en respectant la liberté d’opinion ». 

(Avec AFP)

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte