Société

Égypte: les autorités religieuses mettent en garde contre la nouvelle une de « Charlie Hebdo »

Le Caire en 2013

Le Caire en 2013 © Gianluigi Guercia/AFP

L’instance représentant l’islam auprès des autorités égyptiennes, Dar al-Ifta, a « mis en garde » contre la publication d’un nouveau dessin représentant le prophète Mahomet dans le journal satirique français « Charlie Hebdo » à paraître mercredi.

"Cette action est une provocation injustifiée pour les sentiments d’1,5 milliard de musulmans à travers le monde", indique l’organisation dans un communiqué.

La une du numéro de Charlie Hebdo à paraître mercredi représente le prophète Mahomet, une larme à l’oeil, tenant une pancarte "Je suis Charlie", comme celles des millions de personnes qui ont manifesté en France contre le terrorisme après les attentats. Le dessin est surmonté du titre "Tout est pardonné".

"Cette édition entraînera une nouvelle vague de haine dans les sociétés française et occidentales, et ce que le magazine fait ne sert pas la co-existence et le dialogue culturel auxquels les musulmans aspirent", ajoute le communiqué, qui dénonce les attaques ayant visé plusieurs mosquées en France après les attentats.

Condamnation de l’attaque contre "Charlie Hebdo"

Ibrahim Negm conseiller du Mufti de la république et dirigeant de Dar al-Ifta a indiqué que son institution condamnait l’attaque de deux jihadistes français ayant visé le journal et tué 12 personnes.

"Nous appelons tous les musulmans à ne pas participer à des violences", a-t-il affirmé. "Nous dénonçons la violence et respectons la liberté d’opinion. Mais l’autre partie doit comprendre que nous aimons le prophète Mahomet."

>> A lire aussi : Sur les réseaux sociaux, les Africains ne sont pas tous "Charlie"

En France, le CFCM et l’UOIF appellent "au calme"

En France, le Conseil français du culte musulman (CFCM) et l’Union des organisations islamiques de France (UOIF, qui est proche des Frères musulmans) ont appelé la communauté musulmane "à garder son calme en évitant des réactions émotives ou incongrues incompatibles avec sa dignité et sa réserve, tout en respectant la liberté d’opinion". 

(Avec AFP)

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte