Société

Testament de Madiba : Winnie Madikizela-Mandela perd une manche

Par
Mis à jour le 14 janvier 2015 à 08:59

La justice a débouté mardi Winnie Madikizela-Mandela de sa plainte visant à interdire la tenue d’une réunion de la famille Mandela, vendredi, dans la propriété familiale de Qunu.

C’est un nouvel épisode qui s’est joué ce 13 janvier dans la bataille qui oppose la deuxième et avant-dernière épouse du héros anti-apartheid Nelson Mandela aux héritiers de ce dernier pour le contrôle de l’immense maison familiale de Qunu.

Winnie, 78 ans, a engagé une procédure en justice pour contester le testament de son ex-mari, qui ne lui a rien légué. Son avocat Mvuzo Notyesi a soutenu devant le tribunal que le lieu de Qunu pour une réunion de famille prévue vendredi 16 janvier était mal choisi puisque le différend entre les héritiers concernant cette propriété n’était pas encore tranché. Il a également évoqué le risque d’un rendez-vous qui pourrait devenir violent et ternir l’honneur de Nelson Mandela et de la plaignante.

La plaignante soutenait également que la propriété avait été achetée en 1989 à son nom lorsque le couple était encore marié et Mandela pas encore libéré.

>> Lire aussi Famille Mandela : si Madiba les voyait…

Négociations dans l’impasse

Winnie Madikizela-Mandela soutient depuis la publication du testament de Nelson Mandela que la maison achetée à l’époque de la vie commune du couple doit lui revenir, à elle et à ses enfants, selon la loi coutumière. Une disposition applicable selon son avocat "indépendamment du fait que l’épouse soit divorcée ou non".

Le couple avait officiellement rompu en 1996. Dans ses dernières volontés, le héros sud-africain décédé à 95 ans en décembre 2013 a légué cette maison, qui s’est au fil du temps agrandie, à sa famille et à sa veuve Graça Machel. Il a laissé le reste de ses biens à cette dernière, ses enfants et petits-enfants, ses proches et anciens collaborateurs, des écoles et l’ANC, son parti.

Les exécuteurs testamentaires de l’ancien président sud-africain ont recherché en vain une solution avec Winnie Madikizela-Mandela.

Mandla Mandela, l’aîné des petits-fils de Nelson Mandela, âgé de 40 ans et chef de la famille, a annoncé que la réunion aurait bien lieu. "Nous voulons suivre l’exemple de notre grand-père qui croyait à la résolution pacifique des conflits", a-t-il déclaré.

(Avec AFP)