Elections

Burkina Faso : comment organiser les élections d’ici à novembre 2015 ? Donnez votre avis !

Le président burkinabè, Michel Kafando, lors de sa prestation de serment à Ouagadougou. © AFP

Au Burkina Faso, les autorités de transition planchent sur l'organisation des élections présidentielle et législatives qui doivent avoir lieu avant la mi-novembre 2015 pour remettre le pays sur les rails démocratiques. "Jeune Afrique" fait le tour des questions qui sont encore sur la table. Donnez, vous aussi, votre avis !

 

Le délai de mi-novembre 2015 est-il tenable ?

La charte de la transition est très claire : selon son article 20, "la durée de la transition ne peut excéder douze mois à dater de l’investiture du Président". Michel Kafando ayant été officiellement investi le 18 novembre 2014, la période de transition prendra fin le 17 novembre 2015. Des élections présidentielle et législatives pour désigner les nouveaux dirigeants burkinabè devront donc avoir lieu avant cette date butoir.

Deux mois après leur entrée en fonction, les autorités de transition et leurs partenaires internationaux (Cédéao, UA, ONU…) restent confiants sur la réalisation de ce calendrier électoral. À l’issue d’une réunion du groupe de contact international sur le Burkina, le 13 janvier, à Ouagadougou, le gouvernement de transition a publiquement proposé la date du 20 septembre pour organiser les élections présidentielle et législatives, et celle du 8 novembre pour les municipales.

Faut-il coupler les élections présidentielle et législatives ?

Le 6 janvier, le président de transition Michel Kafando a reçu les représentants des partis politiques et les organisations de la société civile au palais de Kosyam pour évoquer l’organisation des élections d’ici mi-novembre 2015. Lors de cette rencontre, le président s’était déclaré favorable à un couplage des scrutins présidentiel et législatif, notamment pour des raisons budgétaires.

Cette solution, soutenue par plusieurs leaders politiques et représentants de la société civile, semble bel et bien avoir été retenue par les responsables de la transition. Le 13 janvier, Auguste Denise Barry, le ministre de l’Administration territoriale, a de nouveau évoqué des élections présidentielle et législatives "couplées" et l’organisation des municipales dans un second temps.

Les Burkinabè de l’étranger doivent-ils voter ?

Pendant sa journée de rencontre avec les partis et la société civile, Michel Kafando a lâché une phrase qui n’est passée inaperçue sur le vote des Burkinabè de l’étranger : "Le vote de nos ressortissants en Côte d’Ivoire risque d’être assez difficile. D’abord, c’est la plus forte communauté que nous ayons à l’étranger et ensuite, c’est aussi le pays où, forcément, nous n’avons pas beaucoup d’amis (…) Il ne faut pas que nos propres élections soient perturbées ici, au Burkina, parce que de l’autre côté, on aura sciemment manigancé des choses".

Outre la charge frontale contre les autorités ivoiriennes – qui, rappelons-le, accueillent Blaise Compaoré depuis sa chute le 31 octobre 2014 -, le président suggère donc l’idée de tenir les Burkinabè de Côte d’Ivoire, et donc de l’étranger, en dehors des scrutins présidentiel et législatifs qui mettront fin à la transition.

Faut-il réformer la Commission électorale nationale indépendante (Céni) ?

La Commission électorale nationale indépendante, plus connue sous l’acronyme de Céni, est chargée d’organiser les élections en partenariat avec les autorités de transition. Elle est composée de membres de l’ancienne majorité, de l’ancienne opposition et de représentants de la société civile. Certains estiment que cette composition n’est plus légitime depuis la chute de Blaise Compaoré et réclament donc sa révision. D’autres considèrent au contraire qu’elle est composée de gens compétents et qu’il ne faut pas y toucher.

___

Benjamin Roger

 

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte