Politique

Vidéo – RDC : cinq choses à retenir des voeux de Tshisekedi pour 2015

Mis à jour le 14 janvier 2015 à 15:44

Revendiquant la qualité de « président élu » de la RDC, Étienne Tshisekedi a présenté mardi ses vœux au peuple congolais. Au cours de son message, le leader du premier parti d’opposition en RDC a appelé au dialogue avec le pouvoir de Kinshasa. Mais pas seulement.

C’est un Étienne Tshisekedi, visiblement en bonne santé, qui s’est adressé, ce mardi 13 janvier, au peuple congolais. Dans un message vidéo de moins de 10 minutes, diffusé sur les réseaux sociaux, le chef de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), buttant sur certains mots affichés sur son prompteur improvisé, a articulé son allocution autour de 5 principaux points :

  • Le "président élu", c’est lui

Étienne Tshisekedi, 82 ans, signe et persiste. Depuis la Belgique où il séjourne pour des raisons de santé, l’opposant continue de revendiquer sa victoire à la présidentielle de 2011. S’adressant à ses compatriotes, il dégaine : "Il y a maintenant trois ans que vous m’avez porté à la magistrature suprême de notre pays par un vote sans équivoque. Vote que, jusqu’à ce jour, ne m’a pas encore permis d’exercer les prérogatives constitutionnelles dévolues au chef de l’État".

Officiellement, arrivé deuxième du scrutin présidentiel, Étienne Tshisekedi se dit "toujours décidé à récupérer l’imperium" pour devenir réellement le président de la République.

>> Lire aussi : Étienne Tshisekedi, un roi sans royaume

  • Nécessité du dialogue avec Kabila

Étienne Tshisekedi confirme également la position de son parti rendue publique fin 2014 à Paris par le secrétaire général de l’UDPS, Bruno Mavungo. Pour le chef de la principale formation politique de l’opposition congolaise, il est donc nécessaire d’organiser un nouveau dialogue politique en RDC. "Je saisis la communauté internationale afin qu’elle organise sans délai le dialogue politique conformément à la résolution 2098 du Conseil de sécurité des Nations unies", plaide le président de l’UDPS, rassurant ses partisans qu’il ne s’agit pas là d’un "aveu de faiblesse", encore moins d’un "acte de compromission".

"L’Histoire nous apprend que même les conflits les plus graves ont trouvé leur solution dans le dialogue", rappelle-t-il. Avant de préciser : "Ce dialogue nous permettra de rétablir la vérité des urnes et de convenir de la suite à donner après le hold-up électoral de novembre 2011."

  • Restructuration de la Ceni

Entre les lignes, Étienne Tshisekedi laisse entendre que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) doit être également être restructurée à l’issue du dialogue qu’il préconise. Et ce, "afin de rassurer tout le monde quant aux animateurs de la Ceni", abbé Apollinaire Malumalu, président actuel de la Ceni, étant considéré par ses détracteurs comme un "proche de Joseph Kabila". Ce que l’intéressé a toujours démenti.

>> Lire aussi : L’UDPS plaide pour une "organisation consensuelle" des élections en RDC

  • Respect de la hiérarchie au sein de l’UDPS

Étienne Tshisekedi n’a pas passé sous silence les dissensions internes au sein de son parti. Depuis qu’il est tombé malade, ses lieutenants ne cessent de se déchirent sur fond de la lutte pour la succession. Son directeur de cabinet, Albert Moleka, a été limogé. Bruno Mavungu, secrétaire général du parti, et Félix Tshisekedi, chargé des affaires extérieures, ne font pas non plus l’unanimité.

Beaucoup d’observateurs se demandent alors s’il y a encore un commandant dans le bateau UDPS. Étienne Tshisekedi leur répond en appelant les membres de son parti "au respect de la hiérarchie et à la discipline". Une façon pour lui d’exprimer son soutien à ceux qui gèrent la boutique pendant son absence. Ce qui risque de ne pas plaire aux autres cadres du parti qui les ont récemment désavoués.

"L’UDPS n’est pas une armée pour appeler au respect de la discipline", a aussitôt réagi Corneille Mulumba, l’un des cofondateurs du parti, qui s’est rapproché ces derniers mois de l’opposition dite "républicaine". "Le président Tshisekedi aurait dû plutôt appeler au rassemblement de tous les membres de l’UDPS", estime-t-il.

>> Lire aussi : Félix Tshisekedi, "Maman m’a dit"…

  • Congrès de l’UDPS annoncé pour fin 2015

Pour tenter de calmer les tensions au sein de son parti, Étienne Tshisekedi annonce la tenue "en fin d’année" du congrès de l’UDPS, sans indiquer une date précise. Ce sera une "opportunité de démontrer une fois de plus le degré de maturité de l’UDPS", se contente-t-il d’avancer. Mais Corneille Mulumba n’y croit pas. "Il aurait dû convoquer en amont une conclave du parti dans le plus bref délai pour baliser le chemin. Oragnisé dans les conditions actuelles au sein du parti, ce congrès sera un échec", prévient-il.

>> Vidéo : les vœux d’Étienne Tshisekedi au peuple congolais <<

________________________

Par Trésor Kibangula