Sécurité

Burkina : deux morts dans l’attaque d’un poste de douane à Markoye

Un soldat de l'armée du Burkina Faso à Ouagadougou le 29 septembre 2015. © Theo Renaut/AP/SIPA

Un douanier et un civil ont été tués jeudi soir dans l'attaque du poste de douane de Markoye, dans le nord du Burkina, près des frontières avec le Mali et le Niger.

Il était environ 21h, jeudi 1er septembre, lorsqu’un groupe d’hommes armés a ouvert le feu sur le poste de douane de Markoye, dans le nord du Burkina, près des frontières avec le Mali et le Niger. Selon une source sécuritaire, cette attaque a été menée par deux à quatre individus, qui ont tué un douanier et un civil. Trois autres douaniers ont été blessés et évacués vers Dori, mais leurs diagnostics vitaux ne sont pas engagés.

En cette période de saison des pluies, le poste de douane, situé à 1 kilomètre de la ville de Markoye, est assez isolé. Les assaillants ont donc eu le temps de repartir sans être inquiétés. Une moto de la douane, probablement volée par ces derniers, a notamment été retrouvée sur la route menant aux frontières avec le Mali et le Niger.

Probablement une attaque terroriste

Vu la région et le mode opératoire, les enquêteurs privilégient la piste terroriste. Depuis deux ans, de nombreuses attaques meurtrières contre les forces de sécurité burkinabè, mais aussi des kidnappings d’étrangers, ont eu lieu dans cette zone.

Persuadés que ces attaques sont l’oeuvre de groupes jihadistes venus du Mali voisin, les autorités burkinabè ont demandé en juin le redéploiement de leurs bataillons engagés au sein de la Minusma (la mission de l’ONU au Mali) le long de la frontière commune entre les deux pays. Une requête restée pour l’instant sans effet.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte