Elections

Législatives au Maroc : près de 16 millions d’électeurs inscrits sur les listes électorales

| Par Jeune Afrique avec AFP
Le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, devant les députés.

Le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, devant les députés. © AFP

Les élections législatives auront lieu le 7 octobre. Près de 16 millions de Marocains sont inscrits sur les listes électorales, a-t-on appris jeudi de source officielle.

Selon un communiqué du ministère de l’Intérieur, 15 702 592 électeurs sont inscrits sur les listes électorales, dont 55% d’hommes et 45% de femmes.

 


30% des électeurs ont moins de 35 ans, 43% ont entre 35 et 54 ans, et 27% ont plus de 54 ans, ajoute ce communiqué, qui précise que 55% d’entre eux vivent en milieu urbain, pour 45% en milieu rural. Le Maroc compte 34 millions d’habitants.

La campagne en vue des législatives du 7 octobre débute officiellement le 25 septembre, et les autorités ont interdit tout sondage à compter du 9 septembre. Les partis politiques disposeront d’un temps d’antenne bien défini sur les médias publics en fonction de leur représentation au Parlement.Selon la Commission gouvernementale de suivi des élections, citée jeudi 1er septembre par l’agence de presse officielle MAP, « les préparatifs relatifs aux différentes étapes préliminaires du scrutin se déroulent dans de bonnes conditions de façon à garantir le bon déroulement de la prochaine opération électorale ».

Au cours de plusieurs réunions ces derniers jours, la Commission a « rappelé aux acteurs politiques les orientations royales contenues dans le discours du trône prononcé le 30 juillet qui insistait sur la nécessité de garantir le climat adéquat pour la tenue du scrutin, avec honnêteté et sens du devoir ».

« Relever le niveau du discours politique »

« Ce qui exige notamment d’avoir comme souci (…) de relever le niveau du discours politique durant les campagnes électorales et de se prévaloir d’un esprit de responsabilité et de concurrence loyale, loin des surenchères et des intérêts personnels, tout en plaçant l’intérêt de la patrie au-dessus de toute autre considération (…) », a souligné la Commission électorale, présidée par les ministres de l’Intérieur et de la Justice.

Une trentaine de partis politiques devraient prendre part aux législatives qui s’annoncent comme un duel serré entre le Parti Justice et Développement (PJD), à la tête du gouvernement de coalition depuis 2011, et le PAM (Parti authenticité et modernité, fondé en 2008 par un proche conseiller du roi).

Le parti islamiste est arrivé deuxième aux municipales de septembre 2015 derrière les libéraux du PAM.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte