Défense

Libye : en un mois, les États-Unis ont réalisé plus de 100 frappes aériennes contre l’État islamique

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 02 septembre 2016 à 08h47
Des soldats des forces gouvernementales libyennes à Syrte, le 10 août 2016.

Des soldats des forces gouvernementales libyennes à Syrte, le 10 août 2016. © AFP

Entamée il y a tout juste un mois, la campagne américaine de bombardements contre le groupe État islamique en Libye se poursuit à un rythme « régulier », a indiqué jeudi une porte-parole militaire américaine.

Le Pentagone avait assuré début août que la campagne de bombardements se mesurerait en « semaines ». Cela fait désormais un mois qu’elle a débuté.  Depuis le début de l’opération le 1er août, l’armée américaine a procédé à 108 frappes avec des drones, avions ou hélicoptères pour aider les forces du gouvernement national libyen (GNA) à reprendre aux jihadistes de l’État islamique (EI) la ville de Syrte (Centre-Nord), a indiqué jeudi 1er septembre Robyn Mack, porte-parole du commandement des forces américaines en Afrique (Africom).

Ces frappes se poursuivent à un rythme « régulier », a-t-elle précisé, sans pouvoir dire quand l’opération se terminerait. L’administration américaine n’exclut pas de continuer les opérations contre l’EI en Libye après la libération de Syrte, si le GNA en fait la demande. « C’est une possibilité » même si « nous n’avons pas vu beaucoup d’autres endroits » en Libye ou l’EI tente de s’implanter, a déclaré le capitaine Davis.

« Il n’y aura plus d’EI à Syrte d’ici peu »

Les raids aériens américains ont permis aux forces du GNA de reprendre leur progression dans la ville, alors qu’elles peinaient depuis juin à déloger les combattants de l’EI. Les jihadistes ne contrôlent plus qu’une partie d’un quartier assiégé à Syrte, qui était leur place-forte en Libye depuis juin 2015.

Selon le capitaine de vaisseau Jeff Davis, un porte-parole du Pentagone, il reste désormais « moins de 200 » combattants de l’EI à Syrte, qui vendront chèrement leur peau car ils sont acculés. « Il va y avoir des combats difficiles », mais « il n’y aura plus d’EI à Syrte d’ici peu », a-t-il affirmé.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte