Energie

Nigeria : des rebelles armés s’attaquent de nouveau à un oléoduc

| Par Jeune Afrique avec AFP
Des pipelines irriguant du pétrole dans le delta du Niger, en juillet 2007.

Des pipelines irriguant du pétrole dans le delta du Niger, en juillet 2007. © JOBARD/SIPA

Les rebelles du groupe Niger Delta Greenland Justice Mandate (NDGJM) ont revendiqué dans un communiqué ce mardi 30 août le sabotage d’un oléoduc appartenant à la Compagnie nationale nigériane des hydrocarbures (NPDC).

« Les NDGJM ont détruit l’axe d’approvisionnement en pétrole de Ogo-Oteri », situé dans le sud du pays, ont écrit les militants, se félicitant de leur « bon travail ».

Un officier de sécurité de l’État du Delta a confirmé cette attaque à l’AFP, déclarant qu’il ne pouvait pas donner de détails pour l’instant car l’enquête est toujours en cours.

L’opération « Sourire de crocodile » dans le viseur des rebelles

Les NDGJM ont fait savoir qu’ils ne reconnaissaient pas le cessez-le-feu et les propositions de négociations avec le gouvernement fédéral, annoncées par un groupe adverse, les Vengeurs du Delta (NDA), la semaine dernière.

Ils refusent toujours la présence de l’armée dans les mangroves du Delta du Niger, déployée au sein de l’opération « Sourire de crocodile ».

« Les NDGJM ne vont plus rester les bras croisés, pendant que notre peuple est agressé par les militaires dans différents endroits de la région » du Delta, menace le groupe.

« Ce sera œil pour œil, dent pour dent désormais. À chaque atrocité commise pas l’armée dans les criques (..) les soldats auront face à eux les NDGJM ».

Recrudescence d’attaques en 2016

La semaine dernière l’armée nigériane a lancé l’opération Sourire de crocodile près de la ville pétrolière de Warri. Elle a annoncé avoir tué cinq militants samedi dernier et en avoir arrêté 23 autres dans un raid.

Un programme d’amnistie avait été signé en 2009 avec un premier groupe de militants (Mend) revendiquant une meilleure répartition de la manne pétrolière et était parvenu à réintroduire la paix dans le Delta du Niger en échange de grandes contreparties financières.

Mais l’annonce par le nouveau gouvernement de Muhammadu Buhari de la fin de ce programme pour 2018 a coïncidé avec la résurgence des attaques en début d’année.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer