Bourse

Introductions boursières : les places africaines les plus prometteuses en 2015

| Par
La Bourse de Johannesburg devrait concentrer 21 % de la valeur des introductions boursières africaines annoncées pour 2015.

La Bourse de Johannesburg devrait concentrer 21 % de la valeur des introductions boursières africaines annoncées pour 2015. © Uncova

Selon une étude récente, trente entreprises africaines ont annoncé une introduction boursière cette année, soit six de plus que l’an dernier. C’est le plus grand nombre d’IPO de groupes africains depuis la crise de 2008.

2015 s’annonce fructueuse pour les Places financières africaines. Une étude du cabinet d’avocats d’affaires international Baker & McKenzie estime que trente offres publiques d’introduction (IPO) d’entreprises domiciliées en Afrique sont prévues pour cette année, soit six de plus qu’en 2014 : c’est le plus haut niveau atteint depuis la crise financière de 2008. Ces IPO atteignent une valeur totale de 2,063 milliards de dollars, soit 3 % de plus que l’an dernier et 336 millions de dollars de plus que toutes celles enregistrées sur le continent de 2011 à 2013.

Johannesburg en position de force

Les trois entreprises sud-africaines ayant indiqué leur intention d’entrer en Bourse cette année représentent 23 % de la valeur totale de ces IPO. Il est intéressant de noter toutefois que parmi elles, seule la société d’investissement Ubuntu Botho Financial Services, du milliardaire sud-africain Patrice Motsepe, compte intégrer la Bourse de Johannesburg. Le producteur énergétique sud-africain Ssafen a choisi de se faire coter sur le marché alternatif de la Bourse de Londres (London AIM), tandis que son compatriote Steinhoff International, présent dans la logistique, l’ameublement (Conforama) et la distribution, prépare le listing de ses activités européennes à Francfort.

>>> Voir également : Pourquoi les groupes africains préfèrent les Bourses étrangères

Cinq entreprises domiciliées au Nigeria ont prévu une IPO en 2015. Parmi ces sociétés figurent les banques d’affaires United Capital (ex-UBA Capital) et Stanbic IBTC Asset Management ainsi que le producteur d’engrais Notore Chemicals. La Bourse de Lagos (NSE) devrait accueillir 16 % de la valeur des IPO annoncées sur le continent.

Effet de rattrapage après plusieurs années de crise politique, l’Égypte devrait rafler la mise avec onze d’introductions boursières attendues cette année (15 % de la valeur totale), notamment celles du producteur de produits laitiers et de fromage Arabian Food Industries Company, de Delta Cement, du développeur immobilier Misr Italia et de la société de développement du Canal de Suez (Suez Canal Axis Development Project).

>>> Bourses africaines : les stars de la cote

Signe du dynamisme de la finance au Kenya, cinq entreprises installées dans ce pays préparent leur introduction boursière – dont quatre à la Bourse de Nairobi (8 % de la valeur totale).

Selon les données présentées par Backer & McKenzie, une seule introduction est annoncée en 2015 sur les Bourses de Casablanca (Total Maroc), d’Alger (Orascom Telecom Algerie), de Tunis (le conglomérat agro-industriel Slama Group), d’Harare (Mettalon Gold, n°1 de la production d’or au Zimbabwe), à la BRVM d’Abidjan (Total Sénégal) et au Botswana Stock Exchange (la banque commerciale National Development Bank).

Secteurs

L’étude de Baker & McKenzie montre enfin que la finance représente un cinquième de la valeur des IPO annoncées pour cette année en Afrique, devançant le secteur énergétique (19 %) et l’immobilier (15 %). L’industrie complète le quatuor (10 %).

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte