Mines

ArcelorMittal sonde la Côte d’Ivoire

| Par Jeune Afrique
Jean-Paul Pelissier / Reuters

© Jean-Paul Pelissier / Reuters

Après une première tentative ratée, le géant indien de l’acier ArcelorMittal cherche à nouveau à s’implanter en Côte d’Ivoire, a appris « Jeune Afrique ».

Près de huit ans après une tentative ratée, le géant indien de l’acier ArcelorMittal cherche à nouveau à s’implanter en Côte d’Ivoire. C’est le cabinet Afrique et Europe Conseil (A&E, basé à Paris), de l’Ivoirien Joël Elleingand, qui fait avancer localement ce dossier pour le compte du groupe indien, a appris Jeune Afrique.

Ce dernier s’était fait doubler en 2007 par son compatriote Tata Steel dans l’acquisition du permis d’exploitation du minerai de fer des monts Gao et Tia (région de Man). Déjà présent au Liberia (Yekepa) et en Guinée (au mont Nimba), tous deux proches des gisements de fer de l’Ouest ivoirien, le groupe pourrait vouloir mettre à profit sa voie ferrée libérienne.

Résultats

Sur le continent africain, ArcelorMittal est également présent au Sénégal, au Maroc, en Algérie, en Égypte, au Nigeria et en Afrique du Sud. La multinationale a réalisé en 2013 un chiffre d’affaires de 79,4 milliards de dollars, pour une perte nette de 2,54 milliards de dollars.

Lire aussi : 

Gisement de Falémé : 110 millions d’euros et des regrets

Guinée – Liberia : bataille du rail entre miniers

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte