Sécurité

RD Congo : deux personnes lynchées puis brûlées à Butembo

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 25 août 2016 à 09h31
Patrouille de militaires près de Beni, en RDC, le 3 janvier 2014.

Patrouille de militaires près de Beni, en RDC, le 3 janvier 2014. © Joseph Kay/AP/SIPA

Deux personnes soupçonnées de vouloir rejoindre les auteurs d’une série de massacres dans la région de Beni ont été « lynchées puis brûlées » par la population de Butembo, dans l’est de la République démocratique du Congo, selon plusieurs sources locales.

« Je condamne la mort de ces deux personnes lynchées puis brûlées par la foule », a déclaré à l’AFP Sikuli Uvasaka Makala, maire de la ville de Butembo dans la province du Nord-Kivu.

« Ces gens ont été tués parce qu’ils tentaient de rejoindre les égorgeurs de Beni », a expliqué à l’AFP un jeune manifestant, sous couvert d’anonymat. Un autre a affirmé qu’ils venaient de Lubero, plus au sud, et transitaient « par Butembo pour Beni où ils tuent à la machette ».

Barricades

Selon des témoins, une forte tension a régné toute la journée à Butembo, où des jeunes avaient barricadé les principales artères de la ville, procédant à des contrôles sur tous les véhicules en provenance des territoires du sud réputés zones d’action des rebelles hutu rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

« L’armée est venue en renfort pour rétablir l’ordre », a déclaré à l’AFP le général Marcel Mbangu qui était à la tête d’un contingent d’une centaine de militaires venus de Beni et qui avaient procédé à des tirs de sommation pour disperser les manifestants.

Les deux personnes tuées « ne sont même pas rwandophones : l’une est originaire de l’Ituri, dans le nord-est du pays, l’autre est de Bukavu », capitale de la province voisine du Sud-Kivu, a ajouté le général Mbangu. « Huit meneurs » ont été arrêtés, selon un autre officier.

Nande vs Hutu

La ville de Butembo est située à une cinquantaine de kilomètres du territoire de Beni, théâtre depuis octobre 2014 d’une série de massacres ayant causé la mort de plus de 700 personnes, selon l’ONU. Ces massacres sont majoritairement imputés aux rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF).

« Vous tuez des innocents », a lancé le maire, Sikuli Uvasaka Makala, aux manifestants, les invitant « à bannir la justice populaire », estimant que cela portait préjudice à la communauté nande. Car dans la région, les  affrontements entre communautés nande et hutu sont fréquents.

Les Nande accusent les Hutu congolais d’être complices des FDLR pour les chasser de leur territoire. Les Hutu congolais, qui ne nient pas être à la recherche de nouvelles terres agricoles, accusent les Nande de violer leur droit constitutionnel à s’installer où ils le veulent.

Opposés au pouvoir de Kigali, les FDLR, disséminés essentiellement au Nord et au Sud-Kivu, n’ont pas mené d’action militaire d’envergure au Rwanda depuis 2001, mais sont régulièrement accusés de commettre des atrocités contre les civils dans les zones sous leur contrôle.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer