Économie

BTP : le suisse Sika crée deux filiales au Cameroun et à Djibouti

Par
Mis à jour le 23 août 2016 à 17:38

Sika fabrique des matériaux de collage et d’isolation pour la construction et l’industrie automobile Ici, un chantier d’imperméabilisation à Dubaï. © sika.com

Le groupe industriel suisse, spécialisé dans les matériaux de construction et d’imperméabilisation, a installé des filiales à Douala et à Djibouti, portant à 18 le nombre de ses branches sur le continent.

Le groupe Sika (5 milliard d’euros de vente en 2015) a établi deux nouvelles filiales en Afrique. L’entreprise, basée à Baar dans le nord de la Suisse, fabrique et distribue des matériaux de collage et d’imperméabilisation pour la construction et l’industrie automobile. Il a indiqué dans un communiqué publié ce mardi 23 août l’ouverture d’une filiale à Douala, capitale du Cameroun, et à Djibouti.

Projets d’infrastructures

À Douala, Sika prend position en anticipation des nombreux projets d’infrastructures en cours, des infrastructures portuaires de Kribi à la rénovation du réseau ferroviaire, en passant par les stades prévus pour la CAN. Ses équipes assureront directement la commercialisation de ses produits (adjuvants pour béton et produits de mortier), pour lesquels Sika avait recours à des redistributeurs locaux depuis dix ans.

Avec le bureau de Djibouti, le groupe suisse vise à gagner des parts de marché, mais surtout à appuyer les opérations de sa filiale dans l’immense marché limitrophe de l’Éthiopie, ouverte l’an dernier.

Multiplication de filiales en Afrique

Actif en Afrique depuis 1947, Sika compte désormais 18 filiales sur le continent – dont dix ouvertes depuis 2012 – principalement en Afrique du Nord, en Afrique australe et en Afrique orientale, au Nigeria et en Côte d’Ivoire (seul implantation en Afrique subsaharienne francophone avant le Cameroun et Djibouti).

En 2015, Sika a inauguré des unités de production au Nigeria et en Côte d’Ivoire. Au total, 16 des 170 sites de production du groupe suisse sont en Afrique et dans l’océan Indien (dont 1 à la Réunion). Sika a ouvert 9 sites de production dans cette région depuis 2012. Le groupe indique avoir augmenté ses ventes en Afrique de +22 % en 2015 – leur volume n’a pas été indiqué.

Le groupe y comptait 688 salariés en 2015, sur un total de 17 300 à travers le monde.

Les équipes et le matériel du groupe suisse ont été mis à contribution dans plusieurs projets d’infrastructures phares sur le continent, du Grand théâtre de Rabat, au Maroc, au projet de train rapide du Gautrain, en Afrique du Sud, et au pont Henri Konan Bédié d’Abidjan, en Côte d’Ivoire. Sika compte parmi ses clients des géants du BTP actifs en Afrique tels que Bouygues et Vinci.

Cession contestée

Sika est contrôlé par la famille helvétique Burkard-Schenker, qui détient un sixième du capital mais environ 53 % des droits de vote. En 2015, la famille a annoncé un accord pour la cession de ses droits au fabricant de matériaux français Compagnie de Saint-Gobain.

Le transfert du contrôle du groupe suisse au géant français (39,6 milliards d’euros de revenus en 2015) tarde toutefois à se concrétiser, en raison d’une contestation juridique de la part des autres actionnaires de Sika et de l’opposition d’une partie des cadres.