Elections

Dialogue en RDC : Tshisekedi, Kamerhe, Katumbi, Kengo… qui participe aux travaux préparatoires ?

Edem Kodjo, facilitateur de l'Union africaine, lance les travaux du comité préparatoire du dialogue en RDC, le 23 août 2016 à Kinshasa. © Theophane Kinda/Monusco

Comme annoncé et malgré la journée ville morte décrétée par le "Rassemblement" de l'opposition congolaise, les travaux préparatoires du dialogue politique ont démarré mardi à Kinshasa. Non sans la présence de certains opposants au régime du président Joseph Kabila.

Presque neuf mois après sa convocation par le président Joseph Kabila, le dialogue politique débute enfin en RD Congo. En tout cas, mardi 23 août, la cérémonie de lancement officiel de ces pourparlers, qui n’en sont pour l’instant qu’au stade des travaux du comité préparatoire, a eu lieu dans la grande salle de l’hôtel Béatrice, avenue Isiro, à quelques mètres du grand boulevard du 30-Juin, à Kinshasa.

Entouré notamment des représentants de la Communauté économique des pays de l’Afrique australe (SADC) et de l’ONU, Edem Kodjo, facilitateur de l’Union africaine (UA) pour ce dialogue, a réitéré son appel aux acteurs politiques congolais pour qu’ils résolvent ensemble « la crise qui guette le pays ». Allusion faite au processus électoral qui a pris beaucoup de retard alors que le second et dernier mandat de Joseph Kabila arrive à son terme le 19 décembre.

« Pour ce processus de dialogue qui se tiendra conformément à la Constitution congolaise et à la résolution 2277 du 30 mars 2006 du Conseil de sécurité des Nations unies, le comité préparatoire a pour objectif principal de préparer les aspects normatifs, matériels et logistiques du dialogue national », a précisé Edem Kodjo, soulignant que « les questions de fond » seront traitées lors des pourparlers proprement dits entre les parties prenantes.

Ne participent pas au comité préparatoire

Mais plusieurs partis et personnalités de l’opposition, regroupés au sein du « Rassemblement » autour de l’opposant historique Étienne Tshisekedi, ont boudé le début des travaux préparatoires de ces pourparlers, soupçonnant l’ancien Premier ministre togolais de jouer le jeu du pouvoir. À la place, ils ont appelé à une journée ville morte à travers le pays.

Les pourparlers doivent inclure à la fois l’UDPS, le G7 et le MLC, selon Franck Mwe Di Malila

Abondant dans le même sens que le leader de l’Union pour la démocratique et le progrès social (UDPS), de retour à Kinshasa après une longue convalescence en Belgique, Moïse Katumbi estime quant à lui, dans un communiqué publié lundi, que « les conditions de la participation au dialogue fixées par le ‘Rassemblement’ (…) sont encore loin d’être remplies ». Et ce, même après la « mesure de décrispation politique » prise par le gouvernement, qui a ordonné le 19 août la libération de certains prisonniers politiques (20 des 24 personnes concernées étaient en réalité déjà en liberté) et la réouverture de deux chaînes de télévision proches de l’opposition.

« Une provocation à l’encontre du peuple congolais »

« La convocation de la commission préparatoire du dialogue (…) est donc inappropriée et constitue une provocation à l’encontre du peuple congolais », s’insurge l’ancien gouverneur du Katanga, aujourd’hui démembré. En conséquence, des regroupements politiques qui le soutiennent – le G7 et l’Alternance pour la République (AR) entre autres – ont également boycotté le démarrage des pourparlers à Kinshasa.

Le Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba s’est déclaré également « non concerné » par le dialogue tel que convoqué par le président Joseph Kabila. Même fin de non recevoir ou presque du côté du regroupement politique de Léon Kengo wa Dondo.

« L’Opposition républicaine n’est absolument pas représentée aux travaux préparatoires du dialogue », a affirmé à Jeune Afrique Franck Mwe Di Malila, proche du président du Sénat et vice-ministre en charge de la coopération internationale et de l’intégration régionale. « Nous avons fait connaître notre position lors du meeting du 14 août à Kinshasa : nous ne sommes favorables à un dialogue que si ce dernier est inclusif. Autrement dit, les pourparlers doivent inclure à la fois l’UDPS, le G7 et le MLC ».

Ont répondu présents…

A contrario, l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe et ses alliés, l’une de principales formations politiques de l’opposition, a bien envoyé ses délégués au comité préparatoire du dialogue, l’ancien président de l’Assemblée nationale ayant décidé de jouer la « carte de l’apaisement pour éviter l’enlisement de la crise politique en cours » en RD Congo.

Ancien membre de la plateforme Dynamique de l’opposition aujourd’hui à la tête du Front des démocrates, Jean-Lucien Busa a également répondu présent à la cérémonie d’ouverture des travaux préparatoires du dialogue.

Il en est de même de Bruno Mavungu, fraîchement éjecté du secrétariat général de l’UDPS par Étienne Tshisekedi et de l’opposant Samy Badibanga, président du groupe parlementaire UDPS et alliés qui boudait encore il y a peu ces pourparlers politiques.

À la tête de l’Alliance des travaillistes pour le développement, l’opposant José Makila, gouverneur du Sud-Ubangi, a lui aussi pris part à la cérémonie du lancement du dialogue, aux côtés d’Azarias Ruberwa, ancien vice-président de la RD Congo, du sénateur Mokonda Bonza, ancien directeur de cabinet de Mobutu et candidat pressenti à la présidentielle à venir et d’Albert Moleka, porte-parole déchu d’Étienne Tshisekedi.

Du côté de la société civile congolaise, des zones d’ombre planaient encore sur la liste de ses membres mandatés aux travaux préparatoires de ces assises.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte