Elections

Afrique du Sud : un maire de l’Alliance démocratique élu à Johannesburg

Un partisan de l'Alliance démocratique, à Johannesburg , le 15 avril 2016.

Un partisan de l'Alliance démocratique, à Johannesburg , le 15 avril 2016. © Denis Farrell/AP/SIPA

La fin d'un règne sans partage. Depuis lundi soir, Johannesburg est dirigée par l'Alliance démocratique (DA), vainqueur des élections municipales au détriment du Congrès national africain (ANC), une première depuis l'avènement de la démocratie dans ce pays en 1994.

Herman Mashaba, candidat de la DA, est en effet le nouveau maire de la plus grande ville d’Afrique du Sud. Dans la soirée du 22 août, il a obtenu 144 des voix contre 125 pour Mpho Parks Tau, son rival de l’ANC, parti empêtré dans des scandales de corruption.

Qui est le nouveau maire de Johannesburg ?

Millionnaire autodidacte noir qui aura 57 ans vendredi, Herman Mashaba a fait fortune à la fin de l’apartheid en créant une marque de produits de beauté intitulée « Black Like Me ».

Fils d’une femme de ménage, il a grandi dans la pauvreté dans un township près de Pretoria et a enchaîné les petits emplois avant de lancer sa propre entreprise.

Son investissement en politique, du côté des libéraux de la DA, est très récent : ce scrutin municipal constituait sa première campagne électorale. « À partir de ce soir, la corruption est notre ennemie numéro un », a affirmé l’homme d’affaires.

Alliance de DA avec les populistes de Malema 

Lors du scrutin municipal du 3 août, la DA était arrivée en deuxième position avec 104 sièges (sur 270) derrière l’ANC qui avait obtenu 121 sièges. Les deux partis avaient donc tenté de nouer des alliances avec les autres formations politiques.

Mais comme dans la capitale Pretoria vendredi, l’opposition a obtenu le soutien du parti arrivé en troisième position, les Combattants pour la liberté économique (EFF) du populiste Julius Malema, ainsi que celui de plusieurs petits partis pour rafler la mairie.

Défaite historique 

L’événement, historique, symbolise la défaite cuisante du parti de Nelson Mandela lors des dernières municipales, qui enregistre le score le plus bas de son histoire, avec moins de 54% des voix.

C’est en effet la première fois depuis la fin de la dictature raciste de l’apartheid en Afrique du Sud et l’avènement de la démocratie il y a 22 ans que l’ANC ne contrôle pas la ville de Johannesburg.

Durban et Ekhuruleni restent dans le giron de l’ANC

Quatre des six plus grandes métropoles du pays, Johannesburg, Pretoria, le Cap (sud-ouest) et Port Elizabeth (sud) sont désormais gouvernées par des maires de l’opposition.

L’ANC a gardé sa majorité absolue dans la métropole de Durban (sud-est) et est en ballottage à Ekhuruleni – grande métropole industrielle de l’est de Johannesburg – qui vote mardi pour élire son maire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte