Elections

Youssef Chahed, un gouvernement pour remettre la Tunisie sur les rails

| Par
Mis à jour le 22 août 2016 à 12h12
Le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed au palais présidentiel à Tunis, le 3 août 2016.

Le chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed au palais présidentiel à Tunis, le 3 août 2016. © Hassene Dridi/AP/SIPA

Le Premier ministre tunisien a dévoilé samedi une équipe rajeunie et composée de 8 femmes. Sa priorité : relancer l’économie du pays.

Désigné le 3 août  par le président de la République, Béji Caïd Essebsi, pour former un gouvernement d’union nationale, Youssef Chahed a présenté, samedi 20 août, son équipe et mis fin à toutes les spéculations.

Avec 26 ministères et 14 secrétariats d’État, l’exécutif, qui doit encore être approuvé par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), s’inscrit dans les objectifs que s’était fixé Chahed lors de sa nomination.

Sensibilités politiques diverses

Contrairement à ce qui était attendu mais conformément à l’objectif d’un gouvernement d’union nationale, l’équipe gouvernementale intègre des partis comme Al Massar avec son secrétaire général Samir Taïeb, désigné à l’Agriculture, et Al Joumhouri avec le député Iyed Dahmani, en charge des Relations avec le Parlement, mais aussi des personnalités indépendantes.

Les formations de la coalition gouvernementale sortante, sauf l’Union patriotique libre (UPL), sont présentes avec une montée en gamme pour Ennahdha qui prend les commandes de 3 ministères et 3 secrétariats d’État. L’absence du Front populaire et de l’UPL font que cette formation n’est pas représentative des équilibres composant l’Assemblée. 

Continuité

Les ministères de souveraineté ont été préservés avec la reconduction de Farhat Horchani à la Défense nationale, Hédi Majdoub à l’Intérieur et Khemaies Jhinaoui aux Affaires étrangères. La désignation de Ghazi Jerbi à la Justice marque le retour d’un magistrat droit dans ses bottes qui avait fait ses preuves à la Défense sous le gouvernement de Mehdi Jomâa en 2014. À noter également la confirmation de Néji Jalloul à l’Éducation et Selma Elloumi au Tourisme. Contrairement à ce qui avait été annoncé, le gouvernement n’a pas subi de redécoupage avec la création de supra-ministères.

Huit femmes

Dans ses choix, Youssef Chahed n’a pas cédé aux pressions partisanes et tenu, comme il l’avait annoncé, à rajeunir la moyenne d’âge en intégrant 14 jeunes dont Madjouline Cherni à la Jeunesse et aux Sports. Le nouveau chef du gouvernement a également nommé 8 femmes dont Hela Cheikrouhou, ancienne directrice du Fonds vert, qui gérera le portefeuille de l’Énergie et des mines. Mais la désignation de Fadhel Abdelkefi, patron du groupe Integra Partners, au Développement, à l’investissement et à la coopération internationale est la plus notable sachant les positions critiques de ce financier quant à la politique économique du pays depuis 2012.

Levée de boucliers

Les critiques virulentes qui ont accompagné les ballons d’essai lancés par les partis, ont contribué à ce que les Transports ne soient pas attribués à Selma Elloumi mais n’ont pas empêché que le ministère des Technologies de l’information et de l’économie numérique ne tombe directement dans l’escarcelle d’Ennahdha.

À l’annonce de l’équipe gouvernementale, les formations de gauche se sont dites choquées par la participation de Samir Taïeb. Certaines estiment également que la présence de deux leaders syndicaux, Mohamed Trabelsi et Abid Briki, créera des remous au sein de l’Union générale tunisienne du Travail (UGTT).

Après plus de deux mois de négociations, il s’agira pour ce gouvernement d’union nationale naissant de s’entendre pour mettre réellement en place la réforme de l’État et relancer l’économie du pays en s’attaquant notamment à la corruption et à l’économie parallèle. Un ensemble de points figurant sur la feuille de route prédéfinie par les partis et les organisations nationales en juillet 2016.


La liste complète du gouvernement de Youssef Chahed

Ministre de la Justice : Ghazi Jeribi

Ministre de la Défense nationale : Farhat Horchani

Ministre de l’Intérieur : Hédi Majdoub

Ministre des Affaires étrangères : Khemaies Jhinaoui

Ministre des Finances : Lamia Zribi

Ministres des Affaires religieuses : Abdeljalil Ben Salem

Ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale : Fadhel Abdelkefi

Ministre de l’Éducation nationale : Néji Jalloul

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Slim Khalbous

Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle : Imed Hammami

Ministre de la Santé publique : Samira Merai

Ministre des Affaires locales et de l’Environnement : Riadh Mouakhar

Ministre des Affaires sociales : Mohamed Trabelsi

Ministre de la Culture et du Patrimoine : Mohamed Zine El Abidine

Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance : Néziha Laâbidi

Ministre de l’Industrie et du Commerce : Zied Laâdheri

Ministre de l’Energie et des Mines : Héla Cheïkhrouhou

Ministre de la Jeunesse et des Sports : Majdouline Charni

Ministre du Transport : Anis Ghedira

Ministre de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche : Samir Taieb

Ministre de l’Equipement, de l’habitat et de l’aménagement territorial : Mohamed Salah Arfaoui

Ministre du Tourisme et de l’artisanat : Selma Elloumi Rekik

Ministre des Technologies de l’information et de l’économie numérique : Anouar Maârouf

Ministre de la Fonction publique et de la bonne gouvernance : Abid Briki

Ministre chargé des relations avec le Parlement : Iyed Dahmani

Minsitre chargé des relations avec la société civile : Mehdi Ben Gharbia

Secrétaire d’État chargé des Affaires locales : Chokri Belhassen

Secrétaire d’État aux Mines : Hachemi Hmidi

Secrétaire d’État au Commerce : Fayçal Hefiane

Secrétaire d’État au Transport : Hichem Ben Ahmed

Secrétaire d’État auprès du ministre des Finances : Mabrouk Korchid

Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Jeunesse et des sports, chargée de la Jeunesse : Faten Kallel

Secrétaire d’État chargé des Sports : Imed Jabri

Secrétaire d’État chargé de l’Economie numérique : Habib Dabbebi

Secrétaire d’État chargé de la recherche scientifique : Khalil Omri

Secrétaire d’État chargé de la production agricole : Amor Béhi

Secrétaire d’État chargée des Initiatives privées : Saida Ounissi

Secrétaire d’État auprès du ministre des Affaires étrangères : Sabri Bach Tobji

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3096_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte