Société

CAN 2015 : Algérie, Cameroun, Ghana, Sénégal… 4 favoris vus par 4 spécialistes

Alors que la CAN a débuté samedi 17 janvier, « Jeune Afrique » a demandé à quatre spécialistes du football africain de livrer le nom de leur favori pour la compétition. En ressortent quatre équipes – Algérie, Ghana, Cameroun, Sénégal – qui entrent en lice lundi 19 et mardi 20.

Mis à jour le 19 janvier 2015 à 14:59

Pierre Aubame, Pierre Lechantre, Patrice Carteron et Jean-Paul Abalo. © AFP/DR/Montage J.A.

 

 

 

 

  • ALGÉRIE : "La confiance accumulée"

© DR

Pierre Aubame (ancien international gabonais, 80 sélections) :

Le père de Pierre-Emerick Aubameyang, l’attaquant des Panthères du Gabon et du Borussia Dortmund (ALL) n’est pas le premier à faire de l’Algérie le favori de la CAN 2015. "Sur le papier, c’est l’équipe qui présente le plus d’arguments, notamment offensifs avec Feghouli, Brahimi et Slimani. Mais dans toutes les lignes, c’est très fort", explique-t-il. "Cette sélection mise beaucoup sur la confiance accumulée ces derniers mois, notamment après sa bonne Coupe du monde. Son parcours en qualifications (5 victoires, 1 défaite) a confirmé ce qu’elle a montré au Brésil. Christian Gourcuff, qui prône un jeu offensif et technique, a bien réussi la transition, jamais facile."

>> Lire aussi Saâdane : "L’Algérie est un favori, M’Bolhi est prêt"

 

  • CAMEROUN : "Rien de plus dangereux qu’un Lion affamé"

© DR

Pierre Lechantre (entraîneur d’Al-Ittihad Tripoli, Libye) :

"Il n’y a rien de plus dangereux qu’un Lion affamé", prévient l’ancien sélectionneur du Cameroun, aujourd’hui à la tête d’un des meilleurs clubs libyens. "Les Camerounais n’ont rien gagné depuis la CAN 2002, ils restent sur une Coupe du monde catastrophique à tous les niveaux : ils ont envie de montrer qu’ils font partie des meilleurs d’Afrique. Volker Finke a appelé beaucoup de nouveaux joueurs, la plupart très jeunes, dont le Lyonnais Clinton N’Jie. Et cette jeunesse, encadrée par des garçons plus expérimentés comme Bédimo, Mbia, Nkoulou ou Choupo-Moting, apporte de l’enthousiasme. Un garçon comme Aboubakar va également se sentir plus libre depuis que certains anciens, comme Wébo ou Eto’o, ont pris leur retraite…"

>> À voir : le top 10 des joueurs à suivre pendant la CNA 2015

  • Le GHANA : "Athlétique ET technique"

© DR

Jean-Paul Abalo (ancien international togolais) :

L’ancien capitaine des Éperviers du Togo, qui a disputé la Coupe du monde 2006, estime les Ghanéens capable de remporter un titre qui leur échappe depuis 1982. "J’ai vu leurs deux matches qualificatifs pour la CAN contre le Togo (3-2, 3-1), et ils m’ont fait une très bonne impression. On parle souvent de leurs qualités athlétiques, mais c’est surtout techniquement que j’ai été séduit. Cette équipe est solide dans toutes ses lignes, et elle compte des joueurs de haut niveau comme Boye, André Ayew ou Gyan." Abalo est également persuadé que le Ghana a tourné la page brésilienne, après un Mondial décevant et plombé par des tensions internes.

>> Pour aller plus loin : le calendrier des matches, groupes et calendrier de la CAN 2015

  • SÉNÉGAL : "Le choix du collectif"

Patrice Carteron (entraîneur du TP Mazembe) :

Même si l’ancien sélectionneur du Mali voit avec l’Algérie un fort prétendant au titre suprême, Patrice Carteron avoue un faible pour les Lions de la Teranga sénégalais. "J’ai observé leur parcours qualificatif avec intérêt. J’ai été impressionné par leur victoire en Égypte (1-0), dans un contexte particulier. Ils avaient affiché une vraie maîtrise. Il y a beaucoup d’équilibre dans cette sélection", ajoute le Français. "Techniquement, c’est du bon niveau. Et collectivement, c’est bien huilé." Les absences de Diafra Sakho, blessé et de Demba Ba, qu’Alain Giresse n’a pas retenu, sont évidemment deux paramètres qu’il est difficile d’ignorer. "Le forfait de Sakho est ennuyeux, mais le Sénégal a d’autres arguments offensifs. Quant à Ba, derrière un choix de coach, il y a toujours une raison. Longtemps, le Sénégal a empilé les talents, sans réels résultats. Aujourd’hui, Giresse a fait le choix du collectif, et je pense que cela peut payer."