Société

Quatre-vingts ans de négritude

Au mois de mai prochain, le mouvement de la négritude aura 80 ans. Le mot est en effet apparu en 1935 sous la plume d’Aimé Césaire dans  » L’Étudiant noir », journal mensuel de l’Association des étudiants martiniquais de France.

Par
Mis à jour le 21 janvier 2015 à 18:40

Senghor et Césaire (à dr.) en 1973. © Archives JA

Considérant que "la négritude est un pas vers l’universalité", le Pr Bernard Lecherbonnier et Henri Senghor, ambassadeur honoraire du Sénégal, s’efforcent de réunir des partenaires intellectuels et financiers qui permettent de célébrer dignement l’événement.

Leur programme ? Organisation d’un colloque universitaire et d’une exposition documentaire pluridisciplinaire, publication d’un catalogue "objet de mémoire" et réalisation d’un film.

Pour en savoir plus sur la négritude :

La révolte de Frantz Fanon, par Aimé Césaire

Senghor, une vie, un siècle

Léon-Gontran Dama, le troisième homme