Politique

Zimbabwe : le pasteur et opposant citoyen Evan Mawarire en quête de soutiens aux États-Unis

Par
Mis à jour le 12 août 2016 à 08:38

Le pasteur Evan Mawarire lors d’une conférence à Johannesbourg, en Afrique du Sud, le 28 juillet 2016. © AFP/MUJAHID SAFODIEN

Actuellement en exil en Afrique du Sud, le pasteur Evan Mawarire, devenu le chef de file de la fronde citoyenne au Zimbabwe contre le président Robert Mugabe, a annoncé jeudi qu’il allait se rendre aux États-Unis pour y chercher des soutiens.

« Je vais aux États-Unis. Je vais rencontrer des citoyens là-bas… et réfléchir à ce que sera ma prochaine action », a déclaré Evan Mawarire dans une vidéo postée sur Facebook. « Notre pouvoir c’est notre unité, notre pouvoir c’est que chaque Zimbabwéen a décidé de se lever », dit-il. Le pasteur de 39 ans demande à ses concitoyens de se dresser contre « la mauvaise gouvernance et la corruption », et de maintenir la pression sur le gouvernement.

Sans affiliation politique, Evan Mawarire, qui évite de critiquer directement le président Robert Mugabe, a toujours appelé les Zimbabwéens à protester de façon pacifique. Mawarire est l’initiateur de la campagne de protestation baptisée « This Flag » (« CeDrapeau »). Il s’était enfui en Afrique du Sud le mois dernier après avoir été arrêté au Zimbabwe, puis relâché de manière inattendue par la justice.

Révolutions arabes

Le président âgé de 92 ans, qui contrôle d’une main de fer son pays depuis 1980, a comparé lundi les manifestations contre son régime aux révolutions arabes de 2011, accusant ses opposants d’essayer de le renverser par la rue.

Il a aussi accusé les pays occidentaux d’être derrière le mouvement de protestation sans précédent qui secoue le pays, dont l’économie est en lambeaux.