Politique

Tunisie : Béji Caïd Essebsi propose Youssef Chahed pour diriger le prochain gouvernement

Youssef Chahed, nouveau Chef du gouvernement tunisien. © Youtube/Capture d'écran JA

Le président de la République Béji Caïd Essebsi a proposé lundi soir le nom de Youssef Chahed pour succéder à Habib Essid en vue de la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Le verdict devrait être connu mercredi 3 août. Le nom de l’actuel ministre des Collectivités locales a été officiellement soumis pour approbation aux partenaires politiques intervenant dans la formation d’un gouvernement d’union nationale.

« Enfin un jeune »

L’annonce du nom de Youssef Chahed dans la soirée du 1er août, a provoqué un certain enthousiasme sur les réseaux sociaux : « Enfin un jeune ! », pouvait-on lire un peu partout sur la toile. Si les 40 ans de Youssef Chahed représentent un atout pour certains, d’autres y opposent une trop courte expérience politique.

Cet agronome de formation est entré en politique et a rejoint  Nidaa Tounes en tant que dirigeant après un passage par Al-Joumhouri. Secrétaire d’État à la Pêche sous le premier gouvernement de Habib Essid, il occupe le poste de ministre des Collectivités locales depuis janvier 2016.

Consensus

Il est le petit-fils de la première femme tunisienne députée : la militante Radhia Haddad. Ce père d’une petite fille est aussi un proche de Béji Caïd Essebsi auquel le lie une lointaine parenté.

Le nom de Youssef Chahed fait consensus et satisfait d’abord Nidaa Tounes. Le parti ayant remporté les élections souhaitait que le Chef du gouvernement soit issu de ses rangs, en dépit de la crise interne qui l’affaiblit.

Les concertations se poursuivent

Des indiscrétions lors des concertations sur la composition du futur gouvernement d’union nationale indiquent qu’Iyed Dahmani (39 ans) d’Al-Joumhouri, Samir Taïeb d’Al Massar (59 ans) et Mehdi Ben Gharbia (43 ans) de l’Alliance Démocratique sont pressentis pour des portefeuilles. Tandis que Néji Jelloul, ministre de l’Éducation et Omar Mansour, ministre de la Justice seraient reconduits dans la nouvelle équipe. Reste à savoir combien et quels maroquins seront attribués à Ennahdha pour mesurer le poids du parti islamiste dans les négociations des dernières semaines.

La feuille de route du gouvernement d’union nationale ayant été entérinée par les partis et les organisations nationales appelés à débattre de l’initiative lancée par le président de la République, Béji Caïd Essebsi le 2 juin dernier, resterait donc à Youssef Chahed à mettre en place ses ministres après avoir obtenu l’aval de l’Assemblée des Représentants du peuple (ARP). Ce Tunisois pourrait avoir un mois pour former un nouvel exécutif.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte