Économie

Le cabinet britannique Pinsent Masons ouvre un bureau en Afrique du Sud

Le cabinet d’avocat d’affaires Pinsent Masons ouvre un premier bureau à Johannesburg, en Afrique du Sud. Son démarrage officiel est attendu début 2017. Il sera spécialisé dans les dossiers d’infrastructures.

Par
Mis à jour le 4 août 2016 à 00:23

Le cabinet Pinsent Masons emploie plus de 2.600 personnes dont plus de 1.700 avocats dont 410 associés. © DR

Pinsent Masons s’installe en Afrique. Le cabinet d’avocats d’affaires britannique a annoncé ce lundi 1er août l’ouverture de son premier bureau sur le continent.

Basé à Johannesburg, en Afrique du Sud, ce bureau sera dédié entièrement aux projets d’infrastructures. Pour diriger sa nouvelle antenne, le cabinet britannique a recruté deux avocats du cabinet johannesbourgeois Bowman Gilfillan : Rob Morson et Shane Voigt ; le premier recommandé pour sa « réelle connaissance du secteur [des infrastructures] », le second pour son « habilité à élaborer des stratégies pour aller de l’avant », selon une note du classement spécialisé Chambers and Partners.

Dans son communiqué, Pinsent Masons met également en avant l’expertise de ses nouvelles recrues auprès des investisseurs chinois. D’autres recrues sont également attendues « avant l’ouverture officielle du bureau début 2017 ».

Expertise africaine

Si le bureau de Johannesburg constitue la première implantation africaine du cabinet britannique, ce dernier insiste sur sa longue expertise sur le continent : « [À] l’échelle mondiale, le cabinet compte actuellement 40 associés et 150 collaborateurs travaillant sur des dossiers liés à l’Afrique, couvrant pas moins de 38 pays africains », souligne-t-il dans son communiqué. La pratique africaine du cabinet est dirigée par Akshai Fofaria (ancien de Herbert Smith Freehills) à Londres et Stéphane Gasne (ancien de l’East African Development Bank), à Paris.

Le spécialiste britannique a notamment conseillé le gouvernement provincial du Gauteng pour le développement de la ligne de chemin de fer de 80 km reliant Johannesburg à l’aéroport International O.R. Tambo, qui dessert la métropole sud-africaine. Un projet au coût estimé à plus de 500 millions de dollars. Ainsi que le groupe de BTP turc Yapi Merkezi Inşaat ve Sanayi pour un projet ferroviaire de 1,7 milliard de dollars en Éthiopie.

Le cabinet, qui compte plus de 1 700 avocats à travers une vingtaine de bureaux en Europe, au Moyen-Orient et en Asie-Pacifique, estime que 50 de ses 250 principaux clients ont une présence en Afrique du Sud.

Regain d’intérêt

Sur le secteur des infrastructures, en Afrique du Sud, Pinsent Masons fait face à la concurrence de cabinets locaux tels que ENSAfrica, l’un des plus importants au sud du Sahara, et internationaux tels que l’anglo-américain Hogan Lovells et le britannique Norton Rose Fulbright.

Avec son implantation à Johannesburg, le spécialiste britannique confirme le regain d’intérêt des cabinets internationaux pour la place forte sud-africaine : au cours des douze derniers mois, l’anglo-australien Herbert Smith Freehills et l’anglo-américain DLA Piper ont suivi le même chemin.