Justice

Côte d’Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté au 10 octobre

L'épouse de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo, le deuxième jour de son procès, le 1er juin 2016 à Abidjan.

L'épouse de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo, le deuxième jour de son procès, le 1er juin 2016 à Abidjan. © AFP/ISSOUF SANOGO

Le procès de Simone Gbagbo, jugée par les assises d’Abidjan depuis le 31 mai pour « crime contre les prisonniers de guerre et crime contre l’humanité » a été reporté au 10 octobre pour causes de vacances judiciaires.

Lors de l’audience du lundi 1er août, Simone Gbagbo et ses avocats ne se sont pas présentés à la cour. « Lorsque ce matin j’ai envoyé chercher l’accusée, elle a fait dire qu’elle était vraiment fatiguée et qu’elle souhaitait que nous puissions tenir compte de la requête qui avait été faite par ses conseils et lui permettre de se reposer le temps des vacances judiciaires », a expliqué le procureur général Ali Yéo.

« Nous constatons que l’audience ne peut pas continuer. On vous propose que nous voyons une date après les vacances judiciaires pour reprendre cette audience », a-t-il suggéré. L’audience reprendra « le 10 octobre 2016 », a donc tranché le président de la cour, Kouadio Bouatchi, avant de suspendre la séance du jour.

Simone Gbagbo encore « éprouvée »

Cette décision était attendue, après les retards pris par les diverses suspensions d’audience. Le procès avait notamment été suspendu du 13 au 20 juin pour laisser le temps à la défense d’examiner des pièces produites par le parquet. Quelques jours plus tard, les audiences avaient à nouveau été interrompues pendant deux semaines après un malaise et une hospitalisation de Simone Gabgbo, 67 ans.

Lors de la reprise de son procès le 19 juillet, les avocats de l’ancienne première dame ivoirienne avaient trouvé leur cliente encore très éprouvée par son séjour à la Pisam. « La période de convalescence aurait du être prolongée, les audiences d’assises sont particulièrement éprouvantes et Simone Gbagbo est très fatiguée », avait ainsi souligné à Jeune Afrique l’une de ses avocats, Maître Habiba Touré, doutant déjà que le procès puisse comme prévu se terminer à la fin juillet.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte