Politique

Afrique du Sud : Jacob Zuma exhorte à voter massivement pour l’ANC lors des municipales

Le président sud-africain Jacob Zuma devant le Parlement au Cap, le 29 avril 2016. © Mike Hutchings/AP/SIPA

"Chaque vote compte", a rappelé dimanche le président sud-africain Jacob Zuma, avant de demander aux électeurs de voter massivement pour le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), lors des élections municipales de mercredi. Un scrutin qui s'annonce âprement disputé et qui pourrait voir l'ANC perdre plusieurs villes clés.

« Des millions de nos partisans doivent aller voter pour l’ANC et permettre à leur mouvement de continuer à améliorer la vie des gens », a lancé Jacob Zuma lors d’un rassemblement dans un stade bondé du centre de Johannesburg devant 55 partisans parés de vert, jaune et noir, les couleurs de l’ANC.

Scandales et chômage record 

Le parti de Jacob Zuma, au pouvoir depuis 1994, contrôle la majorité des 278 municipalités du pays. Mais plusieurs scandales de corruption et un mécontentement grandissant de la population ont considérablement affaibli son emprise et sa popularité. À tel point que face à ses partisans, le président Zuma a dû rappeler les victoires passées de l’ANC et son combat historique contre l’apartheid en Afrique du Sud.

D’autant que Jacob Zuma est lui-même empêtré dans plusieurs scandales de corruption et que son bilan ne joue pas vraiment en sa faveur. L’économie sud-africaine – la plus industrialisée du continent – se débat en effet avec un taux de chômage record de 26,7%.

Johannesburg et Pretoria pourraient basculer 

Le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique (DA), à la tête de la ville du Cap, capitale parlementaire, compte profiter de ce contexte pour s’emparer de plusieurs municipalités stratégiques. Selon un dernier sondage Ipsos, la capitale économique Johannesburg, la capitale politique Pretoria et la ville portuaire de Port Elizabeth (sud-est) pourraient ainsi basculer.

Le second mandat de Jacob Zuma, âgé de 74 ans, expire en 2019. Si la Constitution lui interdit de briguer un troisième mandat, l’ANC pourrait le remplacer avant les prochaines élections générales si le parti enregistrait une cuisante défaite aux municipales, soulignent plusieurs observateurs.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte