Économie

Côte d’Ivoire : une grève surprise ralentit la production pétrolière

Par - à Abidjan
Mis à jour le 27 juillet 2016 à 18:42

Vue d’une plateforme pétrolière de Canadian Natural Resources. © http://www.cnrl.com/

La séquestration de plusieurs cadres et le débrayage du personnel de deux champs pétroliers maritimes, exploités par Canadian Natural Resources (CNR), ont mis un coup de frein à la production ivoirienne.

Le personnel travaillant sur les champs pétroliers et gaziers Baobab et Espoir exploités par CNR et situés respectivement sur les blocs CI-40 et CI-26 à plusieurs dizaines de kilomètres au large des côtes ivoiriennes, a débrayé le mardi 26 juillet occasionnant l’arrêt momentanément de la production.

Selon nos informations, tout serait parti des revendications sociales des employés d’un sous-traitant de CNR qui ont séquestré pendant quelques heures leurs responsables.

Déclarations contradictoires

Joint au téléphone par Jeune Afrique, Emmanuel Koffi, le directeur général de CNR International Côte d’Ivoire, a assuré que tout était rentré dans l’ordre. « Tout se passe bien sur les champs Baobab et Espoir », a-t-il insisté.

« La production n’a pas encore repris sur le champ Baobab et ne reprendra pas avant plusieurs jours », a toutefois confié à Jeune Afrique une source proche de la Société nationale des opérations pétrolières (Petroci).

Interrogée sur l’impact de cette grève sur l’activité de ces deux sites – CNR est le principal producteur de pétrole en Côte d’Ivoire – notre source explique qu »il est trop tôt pour avancer un chiffre, mais la grève inattendue sur les champs baobab et Espoir a réduit la production ivoirienne ».

Les estimations de la production pétrolière en Côte d’Ivoire varient. Selon les responsables de Petroci, cités en juillet dernier par l’agence Reuters, elle a atteint 53 000 barils par jour (bpj) cette année, contre environ 30 000 bpj l’année dernière. Selon les statistiques internationales compilées par le département américain de l’Énergie, la production pétrolière ivoirienne était de 33 700 barils en 2015, en recul depuis 2012.

Investissements

Canadian Natural Resources possède 57,6 % de CI-40, aux côtés du suédois Svenska Petroleum Exploration AB (27,4 %) et Petroci (15 %). Le groupe canadien détient 58,67 % de CI-26, le reliquat revenant au britannique Tullow (21,33 %) et à Petroci (20 %).

En 2015, CNR indique avoir foré 5 puits de productions sur le champ Espoir, qui lui ont permis d’accroître ses volumes de production à environ 6 900 barils de brut par jour. Cinq puits ont également été forés sur le champ Baobab, permettant d’atteindre une production de 13 400 barils par jour.

CNR est principalement présent au Canada, aux États-Unis et au Royaume-Uni. En Afrique, le groupe compte des actifs en Côte d’Ivoire et au Gabon. L’an dernier, sa production a atteint 852 000 barils équivalent pétrole par jour, pour un chiffre d’affaires de 13,17 milliards de dollars et une perte nette de -637 millions de dollars.