Sport

CAN 2015 : les trois miracles du Congo de Claude Leroy

| Écrit par Camille Belsoeur
Prince Alban Oniangué fête son but face au Gabon.

Prince Alban Oniangué fête son but face au Gabon. © Photo Sipa/AP

Vainqueur du Gabon lors de la deuxième journée du groupe A mercredi 21 janvier (1-0), le Congo n’est plus qu’à un match des quarts de finale. Pour cela, il devra battre le Burkina Faso ce dimanche (19h). Mais pour en arriver là, l’équipe de Claude Leroy, qui a obtenu sa première victoire dans la compétition depuis l’édition 1974, a connu plusieurs « miracles ». 

Les Diables rouges, qui ont remporté leur premier succès en Coupe d’Afrique des nations depuis 1974 face au Gabon mercredi (1-0), n’ont besoin que d’un match nul face au Burkina Faso dimanche 25 janvier (19h) lors de la dernière journée de groupe pour atteindre les quarts de finale. Mais pour en arriver là, le Congo, classé 30e nation africaine au début des éliminatoires, a dû affronter un vrai parcours du combattant en franchissant deux tours éliminatoires (réservés aux nations africaines les moins bien classées), puis la phase de groupe qualificative pour la CAN 2015.  Plusieurs fois, les hommes de Brazzaville ont frôlé l’élimination, mais le miracle s’est finalement produit. Récit en trois actes.

>> À lire aussi : Le Congo, quel exploit ! 

Congo-Namibie : 3-0, (1er juin 2014)

Les Diables rouges débutent leur campagne de qualification pour la CAN 2015 lors du 2e tour préliminaire face à la Namibie, modeste 38e nation africaine. Le match aller a lieu à Windhoek, et les hommes de Claude Le Roy se font surprendre dans les dernières minutes de la rencontre sur un but de l’attaquant namibien Bester à la 88e minute dans l’anonymat du stade Sam Nujoma. Mais au match retour, dans leur enceinte de Pointe-Noire, les Congolais se réveillent et dominent largement la Namibie sur le score de 3-0. C’est Ganvoula qui ramène les deux équipes à égalité en toute fin de première mi-temps. Puis Doré et Douniama libèrent le public congolais en seconde période. La CAN 2015 est encore un rêve très lointain, mais les hommes de Claude Le Roy ont franchi la première étape.

Le Rwanda vainqueur, mais le Congo qualifié sur tapis vert

La digestion du deuxième obstacle sur la route des Diables Rouges se révélera beaucoup plus ardu. Pourtant, tout commence bien lors du troisième tour préliminaire de qualification qui oppose les hommes de Claude Leroy au Rwanda. Le Congo l’emporte deux buts à zéro sur son terrain au match aller, et se déplace à Kigali avec une marge confortable. Mais le match retour vire au cauchemar: les Congolais s’inclinent à leur tour par deux buts à zéro et le Rwanda l’emporte lors de la séance de tirs au but qui départage les deux équipes. L’histoire aurait pu s’arrêter là pour les Diables rouges, mais le destin leur promet un autre tournant. Lors du match aller, la sélection du Rwanda a aligné Dady Birori, un joueur avec une fausse identité. La Fédératio congolaise porte plainte et obtient gain de cause, le Rwanda est éliminé sur tapis vert. 

>> À lire aussi : Le Rwanda disqualifié, le Congo repêché

Bourreau du champion d’Afrique

Au début de la phase de groupe qualificative pour la CAN 2015, la dernière marche pour participer au tournoi majeur du football africain, personne ne donne la moindre chance au Congo de se qualifier. Les Diables rouges sont placés dans la poule du Nigéria, vainqueur de CAN 2013, et de l’Afrique du Sud, un autre pays phare sur le continent. Pourtant, contre toute attente, les joueurs de Claude Leroy terminent en tête de leur poule, s’imposant contre l’Afrique du Sud et se qualifiant "à la place" du Nigeria. C’est la renaissance pour le "Congo Brazzaville", qui n’avait plus participé à une CAN depuis l’an 2000. 

>> Suivez toute l’actualité de la CAN 2015 sur Jeune Afrique

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3104_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer