Mines

Mines : Randgold abaisse ses prévisions de production en Côte d’Ivoire

Randgold exploite la mine d'or de Tongon, en Côte d'Ivoire.

Randgold exploite la mine d'or de Tongon, en Côte d'Ivoire. © Olivier pour Jeune Afrique

Le groupe minier britannique prévoit une production de 260 000 à 280 000 onces d’or en 2016, dans sa mine de Tongon, en Côte d’Ivoire. Cette prévision est inférieure à l’objectif de 290 000 onces annoncé plus tôt dans l’année, mais elle reste supérieure aux 243 000 onces produites en 2015.

Après plus de six années d’exploitation de sa mine d’or de Tongon, dans le nord de la Côte d’Ivoire, la Société des mines de Tongon
SA (Tongon), filiale ivoirienne de la compagnie britannique Randgold Resources (89 % du capital) distribuera cette année ses premiers dividendes :  22 millions de dollars de dividendes iront à ses actionnaires, parmi lesquels l’État ivoirien (10 % du capital).

Le groupe britannique estime que sa contribution à l’économie ivoirienne a atteint 823 millions de dollars, depuis le début de ses activités à Tongon. « Nous continuons d’investir dans l’exploration pour rechercher de nouveaux minerais autour de la mine afin de rallonger sa durée de vie », a expliqué Mark Bristow, directeur exécutif de Randgold, durant une conférence de presse le samedi 23 juillet, à Abidjan.

Le recul de la production à Tongon en 2016 n’affectera pas les performances financières de RandGold, a insisté Mark Bristow

Difficultés d’approvisionnement en électricité

Le patron sud-africain de Randgold a toutefois insisté sur l’impact des difficultés d’approvisionnement électrique en C’ôte d’Ivoire sur la production minière de Tongon, l’an dernier comme cette année.

« Nous avons eu des difficultés. Malgré notre statut de premier consommateur d’électricité avec 22 mégawatts en moyenne, l’alimentation de la mine n’est pas stable. Nous avons dû investir 4 millions de dollars dans une centrale d’électricité », a révélé Mark Bristow, qui précise que la mine de Tongon produira entre 260 000 et 280 000 onces d’or en 2016, au lieu des 290 000 onces prévus dans son rapport annuel 2015, publié fin mars dernier. Cet objectif reste néanmoins supérieur à la production de 2015 qui a atteint à 243 000 onces.

Le recul de la production à Tongon en 2016 n’affectera pas les performances financières de RandGold, a insisté Mark Bristow, en raison de la hausse du cours de l’or qui a dépassé 1 300 dollars l’once. Le groupe minier oeuvre, dans le même temps, à réduire son coût de production.

Nouveaux forages

Pour 2017, Randgold table sur une prévision de 300 000 onces à Tongon.

En attendant, la compagnie minière lance une nouvelle phase de forage au cours des prochains mois sur les localités de Kasséré et Fonondara sur son permis de Boundiali, situé à l’ouest de Tongon, ainsi que sur le gisement de Mankono. « Nous avons investis sur 1 500 prospects pour cinq découvertes : trois au Mali, une en Côte d’Ivoire et une autre en République Démocratique du Congo (RD Congo). Cette année, nous prévoyons une production 1,25 million-1,3 million d’onces d’or en Côte d’Ivoire, au Mali et en  RD Congo », a indiqué Mark Bristow.

Au Sénégal, Randgold a investi depuis 1990 environ 70 millions de dollars dans l’exploration et les études de faisabilité du gisement de Massawa dont les ressources sont estimés à 4,8 millions d’onces d’or. RandGold ne pourra démarrer l’exploitation qu’en cas de découverte de plus de 1 million d’onces sur le permis de Sofia non loin de Massawa.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte