Société

Football : l’OGC Nice en Tunisie pour un match amical « contre le terrorisme »

Par
Mis à jour le 22 juillet 2016 à 14:47

La Guinée se cherche un sixième stade pour accueillir la CAN 2023. © macblack/cc/Pixabay

Le match amical entre l’ES Sahel et l’OGC Nice prévu vendredi soir à Sousse revêt désormais une tout autre dimension, quelques jours seulement après l’attentat terroriste qui a frappé la Promenade des Anglais le 14 juillet.

Le groupe niçois, avec dans ses rangs les deux dernières recrues du club Arnaud Lusamba et Anastasios Donis, s’est envolé dans la matinée du 22 juillet pour la Tunisie, en vue de la rencontre qui l’opposera à l’Étoile sportive du Sahel (ESS). Le coup d’envoi de ce match de préparation sera donné à 19h (heure locale) au stade olympique de Sousse.

 « Tous unis contre le terrorisme »

Après l’OM l’année dernière, dans le climat tendu qui avait suivi l’attentat de Sousse en juin, les champions en titre tunisiens comptent accueillir cette fois encore leurs adversaires français sous les meilleurs hospices.

« Après avoir atterri à Monastir, le groupe de Lucien Favre a pris la direction de son hôtel, afin de déjeuner et de rentrer d’une manière plus intense dans la préparation de son deuxième match amical de l’été », a partagé le club sur son site web.

Cette rencontre, dont « les préparatifs vont bon train », est placée sous le slogan “tous unis contre le terrorisme”, a déclaré Ghazi Ben Othman, porte-parole de l’ES Sahel, à l’agence TAP. “Le match aura également une symbolique de solidarité avec les ressortissants tunisiens établis à Nice », a-t-il ajouté, précisant que plusieurs banderoles fustigeant le terrorisme et soulignant la solidarité entre les deux peuples (tunisien et français) ont été déployés dans le stade de Sousse.

L’équipe de l’OGC Nice devrait quitter la Tunisie immédiatement après le match.

Fonds national de lutte contre le terrorisme

À l’issue de ce match, le comité directeur de l’ES Sahel s’est engagé à verser une partie des recettes de la rencontre au Fonds tunisien de lutte contre le terrorisme, adopté en août 2014 par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

Il s’agira d’une « contribution à l’effort national pour faire face à ce phénomène qui touche tous les pays et menace la sécurité et la stabilité dans le monde », a déclaré Ghazi Ben Othman à l’agence TAP.

En France, l’enquête sur l’attentat de Nice se poursuit

Cinq suspects, en contact avec l’auteur du massacre à Nice qui a fait au moins 84 morts, ont été mis en examen le 21 juillet dans le cadre de l’enquête : trois hommes d’origine tunisienne et un couple d’Albanais.