Politique

Gouvernement tunisien : pourquoi Afek Tounes a jeté l’éponge

| Par Jeune Afrique
Yassine Brahim, leader de Afek Tounes.

Yassine Brahim, leader de Afek Tounes. © FETHI BELAID / AFP

Le parti tunisien Afek Tounes déplore la méthode de négociation quelque peu expéditive du Premier ministre désigné, Habib Essid, pour la formation de son gouvernement.

Le gouvernement tunisien, dont la composition a été annoncée le 23 janvier, fait la part belle aux indépendants et aux représentants de Nidaa Tounes. Afek Tounes, le parti social-­libéral de Yassine Brahim, a choisi de ne pas y participer.

"La méthode choisie par le Premier ministre Habib Essid nous a refroidis, confie l’un de ses dirigeants. Il a refusé de discuter des orientations programmatiques et n’a pas voulu dire quelles autres formations seraient appelées à y siéger. Trois portefeuilles nous ont été proposés : l’Éducation, pour Yassine Brahim, le Tourisme, pour Noomène Fehri, et la Femme, pour Samira Merai. Avec un délai d’une heure pour répondre. Et quand nous l’avons fait, Habib Essid nous a fait savoir que le ministère de la Femme n’était plus d’actualité. Dans ces conditions, nous avons jugé préférable de nous retirer."

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3101_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer