Politique

Gaza : l’ONU suspend son aide à la reconstruction, faute d’argent

Un Palestinien au milieu des décombres à Gaza.

Un Palestinien au milieu des décombres à Gaza. © AFP

L’ONU a annoncé mardi suspendre son aide financière à des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, laquelle visait à réparer leurs maisons ou payer leurs loyers. Motif : l’organisation est à court de fonds et dénonce les promesses internationales non tenues.

"Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent". La citation de l’homme politique français Henri Queuille prend mardi 27 janvier tout son sens, des couloirs des Nations unies aux ruines de Gaza. Dans un communiqué, Robert Turner, directeur à Gaza de l’Agence pour l’aide aux réfugiés de Palestine (UNRWA) a annoncé la suspension de l’aide accordée aux Gazaouis pour la reconstruction après les cinquante jours de la guerre qui ont tué près de 2 200 Palestiniens, majoritairement des civils, et 73 Israéliens, durant l’été 2014.

>> Lire aussi : "Israël mène un raid aérien sur Gaza, le 1er depuis la trêve fin août"

"5,4 milliards de dollars avaient été promis en octobre à la conférence du Caire pour la reconstruction du territoire après la guerre de juillet-août 2014, et aucune de cette aide n’est pour ainsi dire arrivée à Gaza. C’est douloureux et inacceptable", a-t-il déclaré.

"Les gens dorment littéralement dans les décombres"

L’agence lance un appel urgent à la levée de 100 millions de dollars pour ce seul premier trimestre. Il faudrait 720 millions de dollars pour répondre aux besoins, ajoute-t-elle, mais à cette heure, l’UNRWA n’a reçu que 135 millions. Plus de 96 000 maisons ont été endommagées ou détruites au cours de la guerre entre troupes israéliennes et combattants palestiniens, rappelle l’organisation onusienne.

Diaporama réalisé lors de l’été 2014, alors que Gaza était encore la cible des raids israéliens.

>> Lire aussi : "ONU : les Palestiniens mobilisent le Conseil de sécurité au sujet de l’occupation israélienne"

"Une partie de cet argent, alloué à la reconstruction des maisons entièrement détruites, est encore disponible ; en revanche, l’argent dédié à réparer les maisons ou à aider les Gazaouis à payer un loyer quand ils n’ont plus de toit est, lui, épuisé", ajoute-t-elle. "Les gens dorment littéralement dans les décombres, des enfants sont morts d’hypothermie", explique Robert Turner. Le ministre de la Santé à Gaza a recensé la mort d’au moins trois bébés lors de la vague de froid qui s’est abattue début janvier sur le Proche-Orient, tandis qu’environ 12 000 personnes continuent à vivre dans des écoles de l’UNRWA.

"L’arrêt de la reconstruction aura des conséquences dangereuses", a prévenu Adnane Abou Hasna, porte-parole de l’UNRWA à Gaza. "En retardant l’envoi d’argent pour la reconstruction, les donateurs mettent en danger le cessez-le-feu", a-t-il déclaré.

 

____________

Par Mathieu OLIVIER

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte