Société

Maroc : Soufiane El Bahri, le mystérieux « photographe » du roi Mohammed VI

Soufiane El Bahri, administrateur d'une page Facebook consacrée à Mohammed VI reprenant les photos privées du roi en compagnie de ses admirateurs. © Capture d'écran/ YouTube

Jusqu'au 30 août, Jeune Afrique vous propose un rendez-vous hebdomadaire consacré aux influenceurs africains et/ou de la diaspora qui agitent la toile. Cette semaine, Soufiane El Bahri, jeune Marocain qui administre une page Facebook comptant des millions de fan, sur laquelle il reprend des photos privées du roi Mohammed VI... sans que l'on sache comment il parvient à se les procurer.

Âgé d’à peine 25 ans, il est l’administrateur d’une page Facebook sur le roi du Maroc qui compte 3,5 millions de fans, ce qui lui vaut le surnom de « photographe de M6 ». Depuis 2008, Soufiane El Bahri publie sur cette page les photos privées du monarque marocain. En balade avec son épouse Lalla Salma et leurs deux enfants sur la corniche casablancaise, portant blouson en cuir et lunettes de soleil en compagnie d’un fan dans un supermarché en France… On découvre le roi du Maroc sous un autre jour, plus accessible, totalement délesté du protocole makhzénien.

Guest star

Dubaï, Tunis, Abidjan… Partout où va le roi, Soufiane El Bahri réussit à obtenir ses photos presque à l’instant où elles sont prises et à les publier sur sa page en prenant le soin d’y apposer son copyright. À Amsterdam, il a même réussi à se procurer une vidéo montrant le monarque marocain en train de saluer une petite foule qui l’accueillait devant son luxueux hôtel, sur fond de musique populaire.

 

La popularité sur Facebook de ce jeune de Salé, ville mitoyenne de Rabat, est telle qu’il est sollicité en guest-star pour des actions humanitaires et qu’il publie régulièrement, sur sa page personnelle qui a dépassé les 1,3 million de fans, les photos de ses soirées mondaines en compagnie d’artistes marocains connus, comme sur cette photo en compagnie de la chanteuse Latifa Raafat.

Comment fait-il ?

Dans un pays où la vie privée du roi est entourée du plus grand secret, personne n’arrive à comprendre comment ce jeune étudiant en droit réussit à se procurer des clichés montrant toujours le monarque dans des situations informelles.

Une opération de com’ royale déguisée ? Il s’en défend. « Je n’ai jamais rencontré Sa Majesté », a-t-il assuré au site web de la chaîne américaine CNN qui a obtenu son interview en juin. Car Monsieur cultive la discrétion et évite de parler aux journalistes. Il choisit précautionneusement ses apparitions médiatiques, laissant planer le mystère sur ses méthodes de paparazzi hors du commun. Aux journalistes qui arrivent à lui poser la question, il assure qu’il reçoit les photos par e-mail ou sur Facebook « de la part de Marocains qui ont eu l’honneur de se faire prendre en photo avec le roi » et qu’il ne suit pas ce dernier lors de ses déplacements.

Comment arrive-t-il à se procurer ces clichés, alors que des paparazzis professionnels n’y sont, eux, jamais arrivés ?

Apparemment, nous avons donc affaire à une groupie de Mohammed VI qui passe son temps à traquer sur la toile les selfies publiés par les quelques heureux élus qui ont la chance de croiser le chemin du roi. Ce qui ne répond pas pour autant à la question centrale : comment arrive-t-il à se les procurer, qui plus est presque au moment où elles sont prises, alors que des paparazzis professionnels n’y sont, eux, jamais arrivés ?

Le précédent Fouad Mourtada

Ce qui intrigue encore plus chez ce personnage, c’est qu’il n’a jamais été poursuivi par les autorités marocaines pour publication de photos non officielles. En 2008, un jeune internaute, Fouad Mourtada, avait été condamné à trois ans de prison pour avoir publié un profil non officiel du frère du roi, Moulay Rachid, sur Facebook. Son histoire a ému la toile marocaine qui s’est mobilisée pour le libérer. Il a été gracié la même année mais son cas a montré aux Marocains qu’il vaut mieux ne pas plaisanter avec les photos de la famille royale.

Fan club royal

Avec Soufiane El Bahri, les temps ont changé. L’image du roi dans la rue s’est quelque peu normalisée. Même son entourage commence à jouer le jeu des fans. Alors qu’auparavant ils confisquaient les caméras ou tout objet électronique a proximité du roi, ses gardes du corps aident maintenant les gens à se prendre en photo avec lui !

Visiblement, le palais royal s’est rendu compte que les réseaux sociaux pouvaient constituer un vecteur de popularité… plutôt qu’une source de danger.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte